Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Action d'Attac devant la BNP Paribas à La Souterraine pour dénoncer l'évasion fiscale

-
Par , France Bleu Creuse

Une quinzaine de membres d'Attac 23 et 87 s'est rassemblée devant la BNP Paribas à la Souterraine pour dénoncer l'évasion fiscale des multinationales ce samedi midi.

Une quinzaine de personnes s'est rassemblée pour dénoncer l'évasion fiscale des multinationales devant la BNP Paribas à la Souterraine
Une quinzaine de personnes s'est rassemblée pour dénoncer l'évasion fiscale des multinationales devant la BNP Paribas à la Souterraine - DR

La Souterraine, France

Perruque sur la tête et tee-shirt Attac sur le dos, une quinzaine de membres d'Attac (Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne) de Creuse et de Haute-Vienne s'est mobilisée ce samedi devant l'agence BNP Paribas de la Souterraine. 

Cette action intervient dans le cadre de "Semaine d’action contre l’impunité des multinationales" organisée partout en France par différentes associations dont Attac. 

Dénoncer l'évasion fiscale devant la BNP

Les manifestants ont choisi la BNP pour plusieurs raisons : "À Attac, on dénonce depuis plusieurs années l'évasion fiscale de la BNP et il n'y a aucune prise de décision politique" explique Benoît Lematelot, membre d'Attac 87. 

"À côté de ça, La BNP a permis à l'État du Soudan d'accéder à des financements internationaux pour pouvoir acheter des armes et financer des militaires, alors qu'il y avait un crainte de répression contre les populations soudanaises et alentours. La justice le dira mais la BNP pourrait être reconnue complice de crime contre l'humanité." ajoute-t-il. 

Parmi les revendications des manifestants, on trouve aussi la fin des tribunaux d'arbitrages "qu'il y a dans les traités comme le CETA et le Mercosur. Ces tribunaux sont des tribunaux privés où en fait les intérêts de l'État et de la population sont mis à mal par les multinationales" selon Benoît Lematelot. Ils demandent également des législations plus contraignantes pour les multinationales de la part de l'ONU et des directives européennes.

Pendant leur action, ils ont distribué des tracts et ont discuté avec les passants. 

Choix de la station

France Bleu