Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Centenaire de la Première Guerre mondiale

VIDEO - "Additionnons nos espoirs au lieu d'opposer nos peurs" demande Emmanuel Macron aux chefs d'état réunis à Paris

dimanche 11 novembre 2018 à 13:34 - Mis à jour le dimanche 11 novembre 2018 à 17:18 Par Géraldine Marcon, France Bleu et France Bleu Paris

Le président de la République était entouré d'une soixantaine de chefs d'état ce dimanche 11 novembre pour commémorer le centenaire de l'armistice sous l'Arc de triomphe à Paris. Il a appelé ses homologues à "serment des nations de placer la paix plus haut que tout."

Emmanuel Macron a appelé ses homologues à "serment des nations de placer la paix plus haut que tout."
Emmanuel Macron a appelé ses homologues à "serment des nations de placer la paix plus haut que tout." © AFP - Francois Mori

Paris, France

C'était le point d'orgue des commémorations du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, la cérémonie de l'armistice sous l'Arc de triomphe à Paris ce dimanche 11 novembre a réuni une soixantaine de chefs d'état autour d'Emmanuel Macron. Dans son discours, le président français a appelé ses homologues à refuser "la fascination pour le repli, la violence et la domination". "Additionnons nos espoirs au lieu d'opposer nos peurs" a-t-il déclaré avant de proposer un "serment des nations de placer la paix plus haut que tout."

"L'humiliation, l'esprit de revanche, la crise économique ont nourri la monté des nationalismes" - Emmanuel Macron

Le président de la République a profité de l'occasion pour délivrer un message politique en faveur du multilatéralisme dans la gouvernance internationale, alors que de plus en plus de pays semblent enclin à lui tourner le dos, Emmanuel Macron s'est adressé aux dirigeants réunis à Paris, "la leçon de la Grande Guerre ne peut être la rancœur d'un peuple contre l'autre (...) En 1918, nos prédécesseurs ont tenté de bâtir la paix. Mais l'humiliation, l'esprit de revanche, la crise économique ont nourri la monté des nationalismes."

Des témoignages lus par des lycéens sous l'Arc de triomphe

Ce dimanche matin, Emmanuel Macron avait accueilli près de 70 chefs d'Etat et de gouvernement à l'Élysée, Angela Merkel, Recep Tayyip Erdogan, Justin Trudeau, Mohammed VI ou encore Denis Sassou Nguesso. Ensemble, ils ont pris la direction de l'Arc de triomphe pour la cérémonie du centenaire de l'armistice. L'hommage, solennel et fort, était rythmé de morceaux de musique interprétés par le violoncelliste Yo-Yo Ma et le violoniste Renaud Capuçon mais aussi la chanteuse Angélique Kidjo. 

Parmi les moments particulièrement poignants, la lecture de témoignages de 1918 en différentes langues par des lycéens face aux chefs d'états. Des témoignages de proches et de soldats dont le sacrifice a été souligné par Emmanuel Macron. "Les traces de cette guerre ne se sont jamais effacées. Souvenons-nous, n'oublions pas. Le souvenir de ces sacrifices nous oblige à être dignes de ceux qui sont morts pour notre liberté." Il a également rendu hommage aux soldats français morts ces derniers mois en opération extérieure. 

A 11h pile ce dimanche matin, les cloches des églises ont sonné pendant 11 minutes dans toute la France pour célébrer la paix et le centenaire de la fin de la Première guerre mondiale.

Le convoi de Donald Trump perturbé sur les Champs-Élysées

Le trajet du convoi du président américain a été perturbé ce dimanche matin alors qu'il remontait l'avenue des Champs-Élysées, trois militantes Femen ont forcé le dispositif de sécurité au moment du passage de la voiture de Donald Trump. Elles sont été immédiatement été interpellées part les dforces de l'ordre. 

Le premier "Forum pour la paix" à Paris

Le président de la République a ensuite rallumé la flamme du soldat inconnu sous l'Arc de triomphe avant de déposer une gerbe au pied du monument. Après cette cérémonie, le convoi s'est dirigé vers la Grande Halle de la Villette pour le premier "Forum international pour la paix". Le président de la république a ouvert cet événement devant de nombreux acteurs de la gouvernance mondiale en soulignant qu'il avait vocation à se tenir chaque année à Paris.

Invitée à s'exprimer en ouverture de ce forum, la chancelière allemande Angela Merkel a regretté que le "projet européen de paix", né après 1945 soit menacé par la montée du nationalisme et du populisme.  "Nous voyons bien que la coopération internationale, un équilibre pacifique entre les intérêts des uns et des autres, et même le projet européen de paix sont de nouveau remis en question." Une mise en garde réitérée par le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres, "bien des éléments aujourd'hui me semblent emprunter et au début du XXème siècle, et aux années 30, laissant craindre un engrenage invisible", a-t-il déclaré devant les participants au "Forum pour la paix" réunis à Paris.