Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Affaire Dieudonné : peut-on rire de tout?

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Après l'affaire Dieudonné, la LICRA, la ligue contre le racisme et l'antisémitisme, organise une conférence ce mercredi soir à Reims, autour de cette question : peut-on rire de tout?

L'humoriste controversé Dieudonné donne une conférence de presse au théâtre de la Main d'Or à Paris
L'humoriste controversé Dieudonné donne une conférence de presse au théâtre de la Main d'Or à Paris © Maxppp

Peut-on rire de tout? La question suscite le débat en France, surtout après l'interdiction des spectacles de Dieudonné ces derniers jours.

"Bien sûr qu'on peut rire de tout" , répond Alain Jakubowicz, le président national de la Licra, qui tient une conférence ce mercredi soir à Reims. "Simplement nous vivons dans une démocratie dans un état de droit. Il ya des lois, et les lois doivent être respectées c'est tout".

Le président de la Licra estime possible de rire de la Shoah. "Le problème, c'est quand le comique n'est plus un comique, qu'il se laisse envahir par une idéologie, qu'il devient un homme politique, qu'il a une doctrine et une obsession. C'est là la frontière"

"Lorsque Coluche délirait sur les noirs , les juifs, les homosexuels, sur tout le monde, il avait une salopette et un nez rouge".

Alain Jakubowicz assure qu'il n'y a pas plus de procédure aujourd'hui que par le passé. C'est même plutôt l'inverse. Mais il reconnait que la société a changé.

"En période de crise économique, morale, sociale, il y a un repli identitaire qui touche tout le monde, toutes les couches de la société" , explique le président de la Licra. "L'épiderme est beaucoup plus sensible" .

"Nous devons aller dans le sens du vivre ensemble et non celui du communautarisme et de la division des français."

"Il y a en amont tout un travail de pédagogie qui n'est plus fait" , regrette Alain Jakubowicz. "Je crois que le monde politique porte une lourde responsabilité dans ce domaine, que les médias et les associations comme la mienne portent leur part de responsabilité" .

"Nous devons aller dans le sens du vivre ensemble et non celui du communautarisme et de la division des français" , ajoute le président de la Licra qui tiendra sa conférence sur le sujet à la maison des associations, rue du Barbâtre à Reims.

La question du jour France Bleu Champagne-Ardenne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess