Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Affaire Gvantsa à Dijon : une procédure "très inhabituelle" pour la bâtonnière de Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

La jeune Gvantsa, ressortissante géorgienne scolarisée au lycée à Dijon, a été interpellée et emmenée en centre de rétention à Metz ce samedi. Une arrestation "surprenante" pour notre invitée, Dominique Clémang, la bâtonnière du barreau de Dijon.

Dominique Clémang dans les studios de France Bleu Bourgogne © Radio France
Dominique Clémang dans les studios de France Bleu Bourgogne © Radio France © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Expulsable à tout moment 

Gvantsa est-elle toujours en France à l'heure où nous écrivons ces lignes ? "Je ne peux rien vous affirmer", répond Dominique Clémang, qui est également l'avocate du papa de Gvantsa, "je ne sais pas du tout où en est l'éloignement de Gvantsa à l'heure qu'il est, mais si elle a été interpellée samedi matin, c'est vraisemblablement parce que la préfecture avait un avion avant 48 heures."

L'affaire est compliquée : Gvantsa, c'est une ressortissante géorgienne âgée de 19 ans, arrivée en France avec son père à l'âge de 17 ans. Elle est scolarisée à Dijon au lycée Hippolyte Fontaine, c'est une élève sans problème, mais aussi sans papier, au contraire de son papa, désormais marié à une Française. Comme l'y oblige la loi, elle est allée pointer au commissariat ce samedi, moment choisi donc, par les autorités, pour l'arrêter. Une situation absurde, juge Dominique Clémang.

A ma connaissance, c'est une première à Dijon, surtout pour une jeune fille

"C'est légal, mais ce n'est pas du tout habituel. Les gens qui sont assignés à résidence, viennent justement pointer tous les jours ou toutes les semaines, Gvantsa le faisait loyalement, donc il n'y a avait aucune raison de l'interpeller de cette manière. On n'a pas affaire à une délinquante, c'est une jeune fille, elle a une adresse à Dijon, le placement en centre de rétention est donc totalement inhabituel. A ma connaissance, c'est même une première à Dijon, surtout pour une jeune fille."

Centres de rétention ou centres de détention ?

Légale, l'existence des CRA l'est sans aucun doute. Mais la frontière entre rétention et détention semble de plus en plus poreuse aux yeux de Dominique Clémang : "les centres de rétention, à l'origine, ont été créés pour échapper à des zones de non-doirt, en réliaté ils sont devenus aujourd'hui des zones de non-droit. les gens s'entassent aujourd'hui, alors qu'il ne s'agit pas de délinquants, on a allongé les durées de rétention de 45 jours à 90 jours dans la nouvelle loi, on est enfermé dans des endroits pas du tout adaptés. Il y a des familles, des enfants, des vieillards, dans des conditions tout-à-fait inhumaines, qui ont d'ailleurs conduit les associations à dénoncer cette situation auprès du gouvernement." 

En attendant, un appel a été déposée pour annuler la décision d'éloignement de Gvantsa, l'audience est fixée au 10 septembre prochain. En attendant, une pétition en soutien à la jeune femme circule sur internet, signée à ce jour par près de 1700 personnes.

L'interview de Dominique Clémang à retrouver en intégralité ci-dessous : 

L'invitée de France Bleu Bourgogne : Dominique Clémang

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu