Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Lactalis : du lait infantile contaminé par la salmonelle

Affaire Lactalis : de nouvelles plaintes déposées contre le géant laitier Mayennais

mercredi 14 février 2018 à 9:25 Par Charlotte Coutard, France Bleu Mayenne et France Bleu

L'association Foodwatch porte plainte contre le groupe laitier mayennais Lactalis, mais également contre l'État, les laboratoires et la grande distribution. Par ailleurs trente nouvelles familles vont également porter plainte ce jeudi contre Lactalis.

Le site Lactalis de Craon, d'où est partie la contamination à la salmonelle.
Le site Lactalis de Craon, d'où est partie la contamination à la salmonelle. © Maxppp - Maxppp

Craon, France

Visiblement, les excuses du PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, n'ont pas suffi il y a quinze jours. De nouvelles plaintes vont être déposées contre le groupe laitier mayennais, par l'association de défense des consommateurs Foodwatch et par des familles de victimes, révèlent franceinfo et France Inter.

Tous les acteurs de la chaîne responsables

L'association de consommateurs Foodwatch va à son tour porter plainte ce mercredi pour douze infractions, contre Lactalis, la grande distribution, un laboratoire et les autorités. Des plaintes notamment pour mise en danger de la vie d'autrui, tromperie aggravée, ou encore manquement aux obligations légales de sécurité.

Selon les associations, tous les acteurs de la chaîne sont responsables du scandale sanitaire, que ce soit Lactalis, la grande distribution qui a continué à commercialiser des boîtes de lait en poudre Lactalis malgré les retraits/rappels, mais aussi les laboratoires qui ont analysé les produits, et l'État. Les autorités sanitaires n'ont pas réagi assez vite selon l’association.

"On aurait pu et dû éviter ce scandale".

"Ce qu'on constate, c'est qu'on avait tout pour prévenir ce genre de scandale, et c'est pas comme si on ne l'avait pas vu venir. Le menace salmonelles planait sur cette usine depuis 2005. Douze ans après, avec la confirmation de l'institut Pasteur, on a affaire à la même souche de salmonelle. On aurait pu et dû éviter ce scandale si tout le monde avait fait ce qu'il devait faire et qui était prévu par la loi", déclare sur France Inter Ingrid Kragl, directrice de l'information de Food Watch.

"Ils ont fait preuve de négligence".

"Les législations tant européennes que françaises font peser de nombreuses obligations sur tous les acteurs de la chaîne alimentaire. Producteurs, distributeurs, laboratoire et bien sûr autorités publiques ne pouvaient les ignorer. Et pourtant, ils ont fait preuve de négligence", ajoute Karine Jacquemart, directrice de Foodwatch.

Une trentaine de nouvelles plaintes de familles

Par ailleurs, trente nouvelles familles, membres de l'association des familles de victimes du lait contaminé aux salmonelles, vont porter plainte dans l'affaire Lactalis ce jeudi 15 février auprès du parquet de Paris. Ces plaintes visent Lactalis pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "blessures involontaires". Certaines familles portent également plainte contre les groupes de distribution Auchan et Leclerc pour "blessures involontaires". 

Les bébés de ces familles ont été atteints de salmonellose après avoir consommé du lait en poudre des marques Lactalis. Certains de ces enfants ont subi des complications et ont dû être hospitalisés. 

"Il y a eu des failles sur toute la chaîne de responsabilité dans cette histoire".

"Il y a eu des failles sur toute la chaîne de responsabilité dans cette histoire", explique Quentin Guillemain, président de l'association, "failles de Lactalis en premier lieu qui a fabriqué des produits infantiles contaminés aux salmonelles pendant plus de 10 ans,  jusqu'aux distributeurs, pharmacies, crèches et hôpitaux qui n'ont pas appliqué les retraits de lots et ont vendu des produits potentiellement contaminés, en passant par l'Etat qui malgré ses contrôles n'a rien soupçonné dans l'usine pendant plus de 12 ans et qui n'a pas informé correctement les familles depuis début décembre", précise-t-il.

Ces plaintes s’ajoutent à quinze premières plaintes déjà déposées précédemment auprès du procureur de la République de Paris. 

Une enquête parlementaire

Jusqu'à présent, 37 bébés ont été atteints de salmonellose en France, ainsi qu'un autre en Espagne, et un autre probable en Grèce, après avoir consommé un produit d'alimentation infantile Lactalis infecté sorti de l'usine de Craon.

L'Assemblée Nationale doit voter ce mercredi la résolution qui va entériner la mise en place d'une enquête parlementaire. Par ailleurs, au Sénat, les acteurs de la grande distribution sont entendus par la commission des affaires économiques et sociales.