Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Affaire Tarnac en Corrèze : avant le procès, Julien Coupat livre ses vérités dans Envoyé Spécial

jeudi 8 mars 2018 à 11:06 Par Justine Dincher et Nathalie Col, France Bleu Limousin et France Bleu

À quelques jours de l'ouverture du procès de l'affaire Tarnac en Corrèze, le principal protagoniste sort de son silence. Julien Coupat se livre dans une interview diffusée sur France 2.

Dans le documentaire qui lui est consacré pour l'émission Envoyé spécial, Julien Coupat s'exprime sur l'affaire.
Dans le documentaire qui lui est consacré pour l'émission Envoyé spécial, Julien Coupat s'exprime sur l'affaire. - ©Envoyé Spécial - France Télévision

Tarnac, France

Sa parole est rare. Moins d'une semaine avant l'ouverture du procès du groupe de Tarnac à Paris, France 2 diffuse ce jeudi un documentaire consacré à Julien Coupat. Il y a dix ans, dans le village corrézien de Tarnac, cet homme était arrêté avec des amis militants de l'ultra-gauche. Soupçonné de sabotage de ligne TGV en région parisienne en 2008, Julien Coupat a d'abord été présenté comme un terroriste international par les autorités. Cette qualification a ensuite été abandonnée par la justice faute de preuves.

EN SAVOIR PLUS - 3 questions à Tristan Waleckx, journaliste à France 2 pour l'émission "Envoyé spécial".

Dans le documentaire qui lui est consacré pour l'émission Envoyé spécial, Julien Coupat dénonce un fiasco politico-juridique de l'affaire. Tristan Waleckx, journaliste qui a réalisé l'enquête pour France 2, raconte que "Julien Coupat a toujours pris soin de fuir la presse, il est partisan de l'invisibilité et de l'anonymat, c'est contre-nature pour lui d'apparaître devant les caméras". Pour le convaincre de témoigner, le journaliste a entretenu des contacts réguliers avec Julien Coupat depuis une dizaine d'années, "je le sollicitais régulièrement, il a fini par se laisser convaincre sur la longueur, je l'ai 'eu' à l'usure peut-être". 

"L'attaque" comme ligne de défense

Aujourd'hui, Julien Coupat a décidé de livrer ses vérités à la télévision, avant le procès. "Sa ligne de défense, c'est l'attaque, analyse Tristan Waleckx, il estime qu'il n'a pas à se défendre des faits qui lui sont reprochés aujourd'hui, il estime que la procédure est trop mal-faite, qu'il y a trop de bizarreries, de procès verbaux inexacts, de témoins manipulés. Julien Coupat estime qu'il est victime d'un acharnement de la justice française". D'après le journaliste, Julien Coupat n'a pas changé "d'un iota, sa situation est exactement la même qu'il y a dix ans, c'est quelqu'un de très radical, il habite toujours dans la région, et il est toujours la cible quotidienne des services de renseignement".