Société

Affaire Vincent Lambert : une vingtaine de personnes rassemblées à Reims pour le droit à mourir dans la dignité

Par Eric Turpin et Monique Derrien, France Bleu Champagne-Ardenne jeudi 6 mars 2014 à 15:48

Rassemblement pour le droit à mourir dans la dignité devant l'hôpital Sébastopol à Reims
Rassemblement pour le droit à mourir dans la dignité devant l'hôpital Sébastopol à Reims © Monique Derrien - Radio France

Une vingtaine de militants de l'Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité se sont rassemblées jeudi après midi à 14h devant l’hôpital Sébastopol à Reims, lieu où Vincent Lambert est hospitalisé. Cet homme de 38 ans, tétraplégique depuis un accident de la circulation, est au cœur d'un débat sur la fin de vie.

Une vingtaine de militants de l'ADMD, association pour le droit à mourir dans la dignité, se sont rassemblées jeudi après midi à 14h devant le service de soins palliatifs de l'hôpital Sébastopol à Reims.

C'est là que Vincent Lambert est hospitalisé depuis cinq ans. Cet homme de 38 ans, tétraplégique depuis un accident de la circulation, est dans un état quasi végétatif. Il est au coeur d'un conflit familial.

Une partie de sa famille est favorable à l'arrêt de son alimentation et hydratation artificielle. Ses parents y sont farouchement opposés. Ils ont obtenu gain de cause devant la justice.

Mais le Conseil d'Etat, saisi notamment par l'épouse de Vincent Lambert, a demandé une nouvelle expertise médicale et doit se prononcer dans les prochains mois.  

Une loi plus claire pour les malades en fin de vie

L'ADMD, association pour le droit à mourir dans la dignité, réclame une loi qui prévoit clairement l'eutahnaise des malades en fin de vie qui auraient rédigé des consignes par écrit. 

Frédérique Gauthier, la déléguée de l'ADMD de la Marne, souhaite que les consignes rédigées par écrit, ce que la loi Léonetti appelle la directrice anticipée, deviennent obligatoire pour les plus de 18 ans.

Affaire Vincent Lambert : rassemblement symbolique devant l’hôpital Sébastopol à Reims

Une récupération

De son côté, David Philippon, l'un des demi-frères de Vincent Lambert, favorable à son maintien en vie, dénonce une récupération par l'Association pour le Droit à Mourir dans la Dignité. 

Affaire Vincent Lambert : David Philippon, l'un des demi-frères de Vincent Lambert, dénonce une récupération

 

 

Partager sur :