Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Affiches féministes choc dans les rues de la Souterraine : "Si tout va bien, dans 12 féminicides c'est noël"

-
Par , France Bleu Creuse

La tenue d'un spectacle sur les violences faites aux femmes au centre Yves Furet à la Souterraine a inspiré un collectif féministe. Des affiches notamment, ont été placardés sur les vitrines du centre et de certains commerces de la ville.

Des affiches sur les vitrines du centre Yves Furet à la Souterraine
Des affiches sur les vitrines du centre Yves Furet à la Souterraine © Radio France - Zoë Cognet

La Souterraine, France

"Si tout va bien, dans 12 féminicides c'est noël"

"Le viol concerne la violence, pas le sexe. Si tu prends un coup de pelle, t'appelle pas ça du jardinage" 

"C'est pas elle qui s'habille comme une pute, c'est toi qui la regarde comme un violeur"

Voilà quelques unes des formules choc que l'ont peut trouver ce jeudi matin sur des affiches placardées dans les rues de la Souterraine et sur le centre Yves Furet. 

A l'origine de cette opération - revendiquée  par un certain Collectif Féministe Éphémère de la Creuse - la tenue ce jeudi soir du spectacle "Comment Virginie D. m'a sauvé la vie" de Corinne Merle. Un spectacle qui aborde la question des violences commises contre les femmes. 

Des silhouettes féminines ont également été tracées sur le parking du centre Yves Furet, probablement pour évoquer les  nombreux féminicides recensés en France.  Une liste de 136 prénoms de femmes a été affichée sur la vitrine du centre. 136, comme le nombre de victimes de crimes conjugaux recensés par un collectif sur les réseaux sociaux. 

  - Aucun(e)
- Zoë Cognet
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu