Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Affiches retirées : la décision des maires est "criminelle" pour l'association Couleurs Gaies

jeudi 24 novembre 2016 à 8:51 Par Cédric Lang-Roth , France Bleu Lorraine Nord

Une dizaine de maires de droite a pris des arrêtés, ces derniers jours, pour retirer des affiches de prévention du sida. Motif invoqué : la protection de l'enfance et l'atteinte aux bonnes mœurs. Le président de l'association messine Couleurs Gaies, sur France Bleu, juge cette décision "criminelle".

Les affiches retirées par des maires représentent des couples homosexuels en train de s'enlacer.
Les affiches retirées par des maires représentent des couples homosexuels en train de s'enlacer. © Maxppp - LP/ Guillaume Georges

La polémique enfle après la décision de plusieurs maires de droite de retirer des affiches de prévention du sida. La ministre de la santé a décidé de saisir la justice, elle juge que ces maires se rendent coupables de "censure". Les affiches représentent des couples homosexuels en train de s'enlacer. Et pour les maires concernés, les retirer des rues, c'est "protéger les enfants" ou "respecter les bonnes mœurs".

Invité de France Bleu, Matthieu Gatipon-Bachette n'hésite pas à employer le terme "criminel" pour qualifier la décision de ces maires. Le président de l'association messine Couleurs Gaies affirme que l'homophobie est plus visible dans notre pays.

"Aujourd'hui on a des gens sensés montrer l'exemple, nos élus, qui utilisent des relents homophobes pour faire du populisme. Conséquence, le citoyen lambda au coin de la rue se sent légitime à porter ce type de propos homophobes. On a l'impression que nos élus jouent dessus pour capitaliser sur ce sentiment. Et c'est vrai pour l'homophobie comme pour le racisme."

Matthieu Gatipon-Bachette, président de l'association messine Couleurs gaies.