Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Agneaux : la résidence seniors déjà pratiquement pleine avant son ouverture mi-décembre

jeudi 25 octobre 2018 à 13:18 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin

Alternative entre maintien à domicile et Ehpad, la résidence seniors des Pastorales est en phase d'achèvement à Agneaux, près de Saint-Lô. 60 des 76 logements proposés sont déjà vendus, les premiers occupants arriveront à la mi-décembre.

Les travaux de la résidence continuent route de Coutances à Agneaux, ce jeudi 25 octobre.
Les travaux de la résidence continuent route de Coutances à Agneaux, ce jeudi 25 octobre. © Radio France - Marc Bertrand

Agneaux, France

Impossible de louper le chantier route de Coutances, à Agneaux. La résidence seniors Les Pastorales termine à peine de sortir de terre, la livraison étant prévue mi-décembre, qu'elle est déjà pratiquement au complet. "On a vendu 60 logements sur les 76 disponibles, notamment les six maisons individuelles de plein-pied", explique Etienne Savary, le directeur du développement des Pastorales, une entreprise qui construit et commercialise ce type de résidences, encore peu répandues dans la Manche.

On pensait au départ faire beaucoup de location, mais on a été submergés par les demandes pour acheter"

Une troisième voie, entre maintien à domicile et Ehpad

Le principe ? Une résidence sécurisée, au plus haut standard en terme d'accessibilité - "on a des ascenseurs à chaque palier, et des douches italiennes avec sol antidérapant et des prises pour se tenir" - et situées en centre-ville, "proche des petits commerces, et surtout de l'institut d'Agenaux et d'un arrêt de bus", détaille Etienne Savary. Une équipe sera disponible au téléphone 24h/24 et 7j/7 "en cas de problème ou de question", et une régisseuse a été recrutée pour assister les résidents et proposer des animations : cours de sport et gym douce, repas à thème par exemple.

Je pensais que le bruit des écoliers serait un handicap, mais un monsieur de 85 m'a dit : au contraire, ça apporte de la vie. Il aime entendre les enfants jouer"

Un concept similaire à celui proposé par la résidence du CCAS de Saint-Lô des Epinets, à la Dollée, qui va pourtant fermer d'ici deux ans. Or le succès est là : "On réfléchit même, en fonction des demandes, à proposer des services médicaux", explique Etienne Savary. Parmi les 60 premiers acquéreurs, on compte 40% de gens qui achètent pour habiter, et 20% qui achètent pour y loger un de leur parents : "Les âges vont de 60, c'est le minimum pour louer chez nous, à 95 ans". Mais la résidence bénéficie aussi du dispositif Pinel de défiscalisation. Les 40% restant d'acheteurs "ne vont pas y habiter, mais veulent investir pour défiscaliser et louer à des tiers"

Des projets à l'étude pour Granville et Cherbourg

Avec un loyer qui va "de 435€ pour un T1 de 27 mètres carrés à 750€ par mois pour un T3 de 57 mètres carrés", les loyers "sont certes plus chers que pour le particulier lambda, mais _c'est deux fois moins cher que certaines résidences de la région_", en l'occurence Domitys à Tourlaville par exemple, qui propose sur son site des logements "à partir de 1025 euros par mois"

ces logements sont faits pour qu'on y vive jusqu'à la fin. On ne poussera pas les gens dehors"

Etienne Savary assure que "ces logements sont faits pour qu'on y vive jusqu'à la fin. On ne poussera pas les gens dehors", assure-t-il. Et si les locataires ou propriétaires deviennent trop dépendants ? "C'est la responsabilité de la famille que de décider de les faire entrer en structure adaptée"

L'économie "argentée", poule aux oeufs d'or

L'homme d'affaire, par ailleurs maire-adjoint de Coutances, vit la situation en tant qu'élu : "les Ehpad sont surchargés, et les listes d'attente s'allongent pendant des années, pour des coûts qui vont à 2000 euros par mois environ". Alors que les gouvernements successifs tentent d'encourager le maintien à domicile, il pense que ce type de résidences, situées en centre-ville, "proche de la famille, des enfants" peut connaître un franc-succès en France, où le concept n'est pas encore très répandu. 

Des projets similaires sont à l'étude à Granville et à Cherbourg pour le groupe Les Pastorales.