Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Agression homophobe à La Roche-sur-Yon : les associations LGBT réagissent

-
Par , France Bleu Loire Océan

Quelques jours après le passage à tabac d'un homosexuel de 63 ans lundi par des jeunes, l'indignation continue sur les réseaux sociaux. Des personnalités politiques ont aussi réagi.

SOS Homophobie fait partie des associations qui ont réagi après l'agression de Dominique lundi soir à La Roche-sur-Yon.
SOS Homophobie fait partie des associations qui ont réagi après l'agression de Dominique lundi soir à La Roche-sur-Yon. - Twitter de SOS Homophobie

La Roche-sur-Yon, France

"C'est une agression très grave et très violente", a dénoncé l'association SOS Homophobie à France Bleu Loire Océan ce vendredi 22 novembre 2019, en la voix de son co-président Jérémy Falédam, après la violente agression de Dominique, 63 ans, lundi 18 au soir à La Roche-sur-Yon (Vendée) par deux jeunes qui ont depuis écopé d'un an et de six mois de prison ferme. Le militant lance d'ailleurs un appel au préfet de la Vendée : "On espère qu'il va se saisir de cette question, voir comment il peut prendre des initiatives sur ce sujet". Parmi ces initiatives, il propose "de la prévention" ou encore "plus de sécurité" à Moulin Papon où a eu lieu l'agression.

La Vendée "en retard" sur l'évolution des mentalités ?

L'agression de Dominique est la troisième depuis le début de l'année à La Roche-sur-Yon, après le saccage des stands LGBT et les violences à l'égard d'une personne transgenre. "C'est vrai qu'en Vendée, on a quand même un petit retard du point de vue de l'avancement de la société", reconnaît Denis Milcendeau, de l'association Contact Vendée, "de part la présence de la religion qui est encore très, très active, de nos traditions en Vendée qui sont encore très, très présentes"

Ce sont les paroles des jeunes qui lui font faire ce constat : "On remarque ça , nous, quand on intervient dans les lycées on a des zones où l'on retrouve des phrases de la Manif pour Tous, c'est vraiment très, très ancré, c'est très, très présent".

Des politiques réagissent

Les associations ne sont pas les seules à s'indigner de ce nouvel excès de violence. Parmi eux, Frédéric Potier, préfet et délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT :

D'autres élus régionaux ont aussi réagi, comme Martine Chantecaille, conseillère municipale à La Roche-sur-Yon :

Pareil pour Arthur Lambert qui s'occupe de la communication des Jeunes avec Macrons dans le département :

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu