Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Agressions sexuelles dans le sport : "il y a une différence entre un geste anodin et un geste appuyé"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Comment éviter les agressions et le harcèlement sexuels dans les clubs de sport ? Ce mardi avait lieu à Dijon une conférence, en présence d'un ancien rugbyman, Sébastien Boueilh. Victime de viols pendant sa jeunesse, il est aujourd'hui à la tête de l'association "Colosse aux pieds d'argile".

© Radio France - Sophie Allemand

Briser les tabous

C'est au CREPS de Bourgogne-Franche-Comté que la réunion avait lieu : une institution qui forme les sportifs de haut niveau, et leurs éducateurs, qui n'ont pas forcément l'habitude d'évoquer ces sujets. Sébastien Boueilh le sait parfaitement. "Je connais le sujet par cœur pour l'avoir vécu de près. Je commence mes propos par leur expliquer que je suis le volet noir du sport. Je ne viens pas pour leur parler de choses positives. Ils viennent souvent à reculons, mais à la fin ils viennent me taper sur l'épaule, parce qu'ils comprennent que dans le combat que l'on mène, on ne fait pas de chasse aux sorcières, on est à pour leur apprendre à ne pas se mettre dans des situations qui pourraient être mal interprétées, ou sujettes à de  mauvaises interprétations." 

On demande à ce que les coaches ne fassent plus la bise aux enfants

Sébastien Boueilh, invité de France Bleu Bourgogne

Un rapport au corps, omniprésent dans le sport. "Evidemment, il y a du contact, nous on essaie justement de le prévenir. D'entrée de saison, on demande à ce que les coaches ne fassent plus la bise aux enfants. C'est l'enfant qui décide de faire la bise ou pas. On essaie d'instaurer le check (poignée de main, ndlr).  Quand on doit, sur des postures, toucher le corps d'un enfant, ou d'un ado, on le prévient. De la même manière, on essaie de faire  comprendre aux enfants que si un geste est trop appuyé, il ne faut pas avoir peur de le dénoncer. Il y a une différence entre un geste anodin, pas fait exprès, et un geste appuyé."

Des signes avant-coureurs

"Les victimes de harcèlement, d'agressions sexuelles, ou de maltraitance, vont envoyer des signaux. Il faut prendre en considération tout changement comportement que peut avoir un enfant. Il faut savoir capter ces signaux, il faut les connaître et c'est pour cela qu'il faut former les professionnels."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu