Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : "Trop de consommateurs ne jouent plus le jeu du local" alerte une agricultrice de Vallabrègues

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Pendant la crise du Covid-19, elle avait espéré une prise de conscience de la part des consommateurs sur l’achat de produits locaux, mais l’agricultrice de Vallabrègues (Gard) Géraldine Arnaud dénonce un rapide retour aux mauvaises habitudes.

 Une cagette de cerises produites au Mas d'Espiard de Vallabrègues.
Une cagette de cerises produites au Mas d'Espiard de Vallabrègues. - Géraldine Arnaud

Géraldine Arnaud pensait que la crise sanitaire liée au coronavirus aurait fait changer les modes de consommation. "On avait l’impression qu’il y avait un élan à nouveau pour le retour au consommer français, local et de saison", souligne l’agricultrice du Mas d’Espiard, une exploitation arboricole et maraîchère de 27 hectares à Vallabrègues. Quelques semaines plus tard, elle se dit "écœurée ".  

"On s’est retrouvé avec de la marchandise sur les bras."

Géraldine Arnaud a fait part de sa colère dans un post sur Facebook début juin, partagé depuis près de 3.000 fois par les internautes. Elle y dénonce qu’ "à peine les frontières ouvertes et le déconfinement en route", les marchés, magasins et grandes surfaces sont déjà "envahis de productions étrangères".

L’agricultrice explique que les commandes ont rapidement ralenti - certaines ont même été annulées - et les prix ont chuté. "Mes clients, notamment sur Rungis, m’ont dit qu’ils étaient saturés de marchandise étrangère qui rentre en masse. Résultat, ils n’achètent plus français parce qu’ils n’arrivent pas à vendre ces produits."

En parallèle, "il y a encore trop de consommateurs qui ne jouent plus le jeu, poursuit Géraldine Arnaud. Et c’est valable pour l’agriculture mais aussi pour le commerce de proximité en général."

Vers davantage de vente directe et de livraisons aux particuliers

Sa publication sur les réseaux sociaux a permis à l’agricultrice de relancer la vente directe et la livraison de ses produits aux consommateurs particuliers. "Ça nous aide, ça fait partie de l’éventail des solutions qu’on trouve et qui nous permettent d’écouler la marchandise à un prix correct" précise l’agricultrice, ajoutant que cela ne peut pas être "la seule solution" : "Il faut aussi que les pouvoirs publics jouent leur rôle". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess