Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Aides à domicile : employeurs et salariés demandent à l’Etat une revalorisation du métier

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Comme un peu partout en France, les aides à domicile vont manifester ce mardi 8 octobre devant le conseil départemental du Tarn. Des femmes qui demandent un meilleur salaire mais plus largement de meilleures condition de travail. Leurs employeurs écrivent aux parlementaires pour se faire entendre.

Il y a entre 2500 et 3000 aides à domicile dans le Tarn
Il y a entre 2500 et 3000 aides à domicile dans le Tarn © Radio France - illustration

Albi, France

Les aides à domicile dans la rue ce  mardi 8 octobre. Un mouvement quasi inédit, mais qui s'annonce très suivi un peu partout en France. Dans le Tarn, une manifestation est prévue à 14h30 devant les locaux du conseil départemental.  C'est lui qui finance les associations d’aides à domicile grâce aux subventions de l’Etat.   

Des salariées (quasiment toutes des femmes) qui gagnent de tous petits salaires ( 800/900 euros en moyenne) pour une tâche de plus en plus difficile et technique notamment parce que les patients sont de plus en plus vieux. Il y a dix ans l'âge moyen d'entrée dans une maison de retraite était de 82 ans, et il est autour de 90 ans aujourd'hui. 

Financement de la sécu 

Les aides à domicile demandent donc une revalorisation des salaires,  la prise en compte de tout les temps de travail et de déplacement. Mais aussi une revalorisation des indemnités kilométriques qui est depuis dix ans resté au même niveau.    

Ce qui a provoqué le mouvement, c'est le projet de loi sur le financement de la sécurité sociale qui doit être voté avant la fin de l'année. Sur le papier, le gouvernement dit qu'il fera tout pour maintenir nos aînés à domicile. Et dans les faits, les associations comme l'ADMR estiment que le budget n'est suit pas. Depuis dix ans, les employeurs ont d'ailleurs négocié à plusieurs reprises des hausses de salaires avec les aides à domicile.  Mais tant que l'état ne les valident, ça ne sert à rien. Elles ne sont pas prises en compte par dans le budget de la sécurité sociale. 

Daniel Fabre, directeur de l'ADMR dans le Tarn insiste : " Les métiers ne sont pas reconnus. Les salaires ne sont pas là. Les accords salariaux ne sont pas agréés par L’État. Les structures employeurs ne peuvent pas appeler à la grève mais elles comprennent le mouvement."     

Daniel Fabre, directeur de l'ADMR du Tarn.

Isabelle peut aller chez 4 personnes lors d'une matinée.  - Radio France
Isabelle peut aller chez 4 personnes lors d'une matinée. © Radio France - SM

"On court après le temps" 

Isabelle a 51 ans, elle travaille à L’AASSODAL à Albi où elle est auxiliaire de vie sociale depuis 27 ans. Elle va manifester ce mardi midi parce que ses conditions de travail se dégradent et qu'elle se sent de plus en plus déconsidérée.   

Isabelle, 51 ans, aide à domicile depuis 27 ans à Albi.

Dans les années à venir, les associations vont chercher environ 800 aides à domicile dans le Tarn. Des postes qui seront très difficiles à pourvoir. 

Toutes les associations du département ont décidé d'écrire ensemble aux parlementaires du Tarn pour que la loi de financement de la Sécurité Sociale prennent en mieux en compte le maintien à domicile.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu