Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aide aux plus démunis : la campagne hivernale s'annonce compliquée en Moselle

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les associations qui viennent en aide aux plus démunis, en Moselle sont inquiètes : avec le retour du froid, comment accueillir au mieux leurs bénéficiaires ? La crise sanitaire liée au coronavirus, et en particulier les gestes barrières, vont compliquer grandement les distributions de repas chauds.

Les Restos du coeur comptent environ 30.000 bénéficiaires en Moselle
Les Restos du coeur comptent environ 30.000 bénéficiaires en Moselle © Radio France - Isabelle Baudriller

L'automne est arrivé, et avec lui le retour des températures fraîches, du vent, de la pluie. Plus de six mois après le début de la crise sanitaire, les associations qui viennent en aide aux plus démunis sont en train de préparer leurs campagnes hivernales. Mais plusieurs problèmes se profilent. Le secours populaire ou les restos du cœur s'attendent à des bénéficiaires toujours plus nombreux. Il faut aussi faire avec les contraintes sanitaires liées à la pandémie de la Covid-19.

Davantage de bénéficiaires

En premier lieu, le nombre de bénéficiaires, encore en hausse. Marie-Françoise Thull, la présidente du Secours Populaire de Moselle, s'attend à une hausse de 40 à 45% du nombre d'inscriptions. Même tendance auprès des Restos du Cœur de Moselle-Ouest, qui distribuent plus de 2 millions de repas chaque année : Alain Maurice, son responsable, s'attend à au moins 10% de bénéficiaires en plus. "On voit déjà poindre de nouvelles personnes qui font appel aux Restos : des personnes au RSA, ou qui travaillaient un peu au noir, et qui ont perdu leur job. Des étudiants aussi, beaucoup d'étudiants par rapport aux autres années." Le constat est le même à l'autre bout du département selon Brigitte Busolini, responsable des Restos du Coeur pour la Moselle-Est qui aide actuellement environ 5.500 personnes. 

Des nouveaux bénévoles 

Deuxième problématique, le nombre de bénévoles. Il est en baisse aux Restos du Cœur de Moselle-Ouest, d'environ 10%. La plupart s'étaient mis en retrait au moment du confinement, parce qu'âgés de plus de 70 ans ou de santé fragile. "Au moment de revenir, ils nous ont dit, tout naturellement et on le comprend, qu'ils préféraient ne pas continuer". Mais de nouveaux bénévoles, en revanche, se sont fait connaître, souvent des jeunes. Marie-Françoise Thull, au Secours Populaire, l'a constaté aussi : "Beaucoup d'étudiants, de jeunes apprentis, des lycéens aussi. Ils avaient du temps libre, et voulaient découvrir le travail qu'on pouvait faire pour aider les gens. Et ils sont restés après le confinement. Ça été très enrichissant pour nous." Mais l'investissement d'un actif, même partiel, n'est pas le même qu'un retraité. Alors les associations s'adaptent. "On aménage les horaires et nos temps d'interventions pour que tous ces bénévoles puissent rester parce qu'on a plein de projets et des centres très importants où ce n'est pas toujours la qu'il y en a plus" explique Brigitte Busolini. 

La difficulté des contraintes sanitaires

Mais la distribution des repas chauds s'annonce comme un casse-tête, dans les semaines et les mois qui viennent. Alain Maurice est particulièrement inquiet pour le Bus des Restos, qui s'installe chaque hiver place de la Comédie à Metz. Il doit reprendre du service cette année le 26 octobre, jusqu'à fin mars. Problème : "Il fait 12 mètres de long sur 2,5 mètres de large, avec 14 places assises, 6 bénévoles... 20 personnes à l'intérieur, c'est impossible de respecter les gestes barrières. Surtout qu'on enlève son masque pour manger. On est en train de voir, notamment avec la mairie de Metz, quelles solutions on peut trouver pour distribuer des plats chauds à l'extérieur du bus".

La problématique est la même dans les centres des Restos - il y en a une vingtaine en Moselle-Ouest. "Quelques-uns sont assez vastes pour que les gens puissent rentrer d'un côté et sortir de l'autre, et les faire venir par groupe de deux pour qu'ils puissent prendre leur repas ou leur colis. Mais j'ai cinq ou six centres où ça sera beaucoup plus compliqué : il n'y a qu'une porte d'accès, les gens pourraient se croiser. Et puis on va les faire attendre à l'extérieur. L'été, ça allait... L'hiver, s'il fait moins 5 degrés, ce n'est pas la même chanson. On cherche toutes les solutions possibles pour distribuer, au moins, la même quantité que l'année dernière.

Notre grande préoccupation aujourd'hui c'est de recréer du lien social. Car quand on distribue devant les centres, sur les trottoirs, le lien social est un peu loin... (Brigitte Busolini, responsable des Restos du Coeur en Moselle-Est)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess