Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

L'association Vivadom peine à recruter des aides à domicile dans le Gard

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le secteur des métiers du grand âge va mal. On manque aujourd'hui de candidats pour s'occuper des personnes âgées alors que leur nombre augmente. C'est notamment le constat dressé par les responsables de Vivadom à Nîmes. Ils plaident pour une revalorisation des salaires des aides à domicile.

Cathy Antolino travaille à Vivadom depuis 25 ans.
Cathy Antolino travaille à Vivadom depuis 25 ans. © Radio France - Sylvie Duchesne

Gard, France

Cela fait plus de 60 ans que Vivadom est installé dans le Gard. L'association qui a des antennes à Nîmes, Alès, Générac, Bessèges, Saint Ambroix et la Grand-Combe emploie 800 salariés, ce qui en fait l'une des 25 entreprises les plus importantes du département. Spécialisée dans l'aide à domicile, elle a du mal aujourd'hui à recruter. Les conditions de travail sont en effet de plus en plus difficiles. 

"Si c'est une salariée à temps plein, c'est entre six à huit clients par jour explique Sandrine Tortosa, responsable du secteur ouest de Nîmes qui gère une soixantaine de salariés. Elles enchaînent des interventions d'une heure. C'est des déplacements, une pénibilité accentuée, c'est du stress. Aide à domicile, c'est une des professions les plus ingrates et les plus difficiles. Un de nos problèmes quotidiens, c'est l'absentéisme."

Sandrine Tortosa, responsable du secteur ouest de Nîmes à Vivadom

Payées au SMIC

Un travail difficile et mal payé. Une aide à domicile à temps plein à Vivadom gagne le SMIC en faisant beaucoup d'heures et il faut parfois attendre 14 ans avant qu'elle puisse être augmentée, à cause de la convention collective. Difficile dans ce cas de trouver des candidats, des candidates plutôt, sachant que les aides à domicile sont presque toutes des femmes. "Sur mon secteur, j'ai deux temps plein à proposer explique Sandrine Tortosa, et je n'ai aucun candidat. Il y en a beaucoup aussi qui n'ont pas de véhicules ce qui pose un problème parce qu'il faut être très mobile". 

Cathy Antolino est aide à domicile chez Vivadom depuis 25 ans

"On est des invisibles." 

La solution, revaloriser les salaires. C'est l'une des nombreuses mesures qui devraient figurer dans le rapport que Myriam El Khomri, l'ex-ministre du Travail, remet ce lundi 28 octobre à Agnès Buzyn, la ministre de la Santé. Les grilles salariales devraient être complètement réécrites et les salaires les plus bas, revus à la baisse. Les professionnels du secteur réclament cette revalorisation depuis des années, sans résultat. "On est des invisibles", regrette Guillaume Natton, le directeur général de Vivadom. 

L'enjeu est important. On estime que d'ici 2030, il faudra au moins 20% de personnes en plus dans le secteur des métiers du grand âge pour faire face à l'augmentation des plus de 85 ans. 

Reportage au domicile d'une personne âgée

La grève du 8 octobre 2019 est passée complètement inaperçue - Radio France
La grève du 8 octobre 2019 est passée complètement inaperçue © Radio France - Sylvie Duchesne
Choix de la station

France Bleu