Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Aides à domicile pour les seniors : "Il faut discuter, se concerter" pour le député du Calvados Fabrice le Vigoureux

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

L'annonce de la mesure avait fait grand bruit, l'annonce de sa suppression en a soulagé plus d'un : le gouvernement annule la suppression de la niche fiscale pour les seniors qui emploient des aides à domicile. Une très bonne nouvelle pour le député LREM du Calvados Fabrice Le Vigoureux.

A partir de 70 ans, une personne qui emploie une aide à domicile est exonéré de la quasi-totalité des cotisations patronales
A partir de 70 ans, une personne qui emploie une aide à domicile est exonéré de la quasi-totalité des cotisations patronales © Radio France - Jean-françois Frey

Calvados, France

L'annonce est tombée ce mardi après-midi, et c'est le premier ministre en personne qui l'a faite, devant les députés à l'Assemblée Nationale : le gouvernement ne supprimera finalement pas la niche fiscale pour les personnes âgées qui emploient des aides à domicile. 

Inquiétude des employeurs et des associations

Cette exonération de cotisations patronales pour toutes les personnes de plus de 70 ans, sans condition de revenus, qui s'ajoute au dispositif classique qui exonère de certaines cotisations l'ensemble des particuliers, restera donc bien en place. 

Sa suppression était prévue dans le projet de loi de finances, étudié à l'Assemblée Nationale à partir de vendredi, et aurait permis d'économiser 115 millions d'euros par an. Mais elle avait déclenché des inquiétudes et des protestations, du côté des professionnels, des associations d'aide aux plus démunis, des particuliers employeurs eux-mêmes, mais aussi et surtout dans la majorité

Pas de concertation avec la majorité

Le député LREM du Calvados Fabrice le Vigoureux s'était ainsi opposé au texte. "Nous n'avons pas accepté ce dispositif parce que, d'abord, il n'a pas été travaillé en amont, concerté entre nous, avec l'exécutif détaille le député.  Deuxième chose : on souhaite que des mesures comme celles-là, si elles devaient naître un jour, elles puissent s'inscrire dans un plan beaucoup plus global sur la dépendance qui est un vrai sujet de société, et sur la loi Grand âge qui arrivera à la fin de l'année" à l'Assemblée Nationale. "Mais surtout pas dans un projet de loi de finance comme cela a pu être envisagé" ajouté l'élu La République en Marche.

Qui en bénéficie, est-ce que ce dispositif peut être étendu ? - Fabrice le Vigoureux, député LREM du Calvados

Plusieurs associations se sont réjouies de cette annonce, à l'instar des Petits frères des pauvres, qui s'inquiétait de voir "les aînés être une variable d'ajustement budgétaire". Mais pour autant, Fabrice le Vigoureux n'exclue pas une réforme de ce dispositif. "Il faut concerter les choses, il faut discuter avec les acteurs, il faut mesurer l'impact précis de tout cela. Il faut voir qui en bénéficie précisément aujourd'hui et est-ce que ce dispositif peut être étendu à des personnes qui en ont besoin et qui n'ont pas 70 ans. Ça, c'est des questions qui sont tout à fait légitimes et qu'il faut se poser. Mais encore une fois il faut se les poser... de manière posée".

Un revirement qui selon le député, n'a rien à voir avec la journée de mobilisation contre la réforme des retraites.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu