Infos

Aigurande : les parents d'élèves de la maternelle ne veulent pas perdre leur institutrice

Par Marc Bertrand, France Bleu Berry mercredi 28 septembre 2016 à 19:55

L'école élémentaire d'Aigurande a huit élèves en plus depuis la rentrée. Elle va voir l'institutrice de l'école maternelle renforcer son équipe.
L'école élémentaire d'Aigurande a huit élèves en plus depuis la rentrée. Elle va voir l'institutrice de l'école maternelle renforcer son équipe. © Radio France - Marc Bertrand

L'une des trois institutrices de l'école maternelle va partir renforcer l'équipe d'enseignants de l'école élémentaire d'en face, dont le nombre d'élève a augmenté. Des parents d'élèves n'ont été prévenus qu'une semaine après la rentrée. Ils s'inquiètent du suivi pédagogique de leurs enfants.

Plusieurs parents d'élèves d'Aigurande dénoncent la décision de l'inspection académique de l'Indre. C'est elle qui décide de la répartition des enseignants dans le département. Elle leur a annoncé que l'une des trois enseignantes de l'école maternelle, celle des moyennes sections, allait quitter son poste l'après-midi, pour aller renforcer l'équipe d'institutrices de l'école primaire de la commune.

Un poste déjà supprimé l'an dernier

Du côté de l'académie, on calme le jeu. Tout est logique, selon son directeur adjoint Noël Ravat, puisque la maternelle a perdu 7 élèves par rapport à l'an dernier. L'école élémentaire, elle, a gagné huit élèves à cette rentrée. Elle compte 105 élèves pour seulement 4 enseignantes, depuis la suppression d'un poste d'instituteur l'an dernier par l'académie... justement parce qu'elle manquait d'élèves !

"C'est aux élus locaux de se battre pour leurs écoles"

L'institutrice reste rattachée à la maternelle, mais elle dispose d'une lettre de mission pour aller enseigner à l'école primaire d'en face à partir du mois d'octobre. Les parents des élèves de maternelle, eux, ne sont pas contre un poste en plus à l'école élémentaire. Mais pas au détriment de l'école maternelle !

Ils y voient une mesure d'économie budgétaire, et un recul pour le suivi pédagogique de leurs enfants. Ils dénoncent une vision comptable de la part de l'académie.

"Le sous-effectif est discutable, ils sont quand même 18 par classe avec trois institutrices", estime Christophe, père de deux enfants en maternelle. "On sait bien qu'on est dans une région rurale, mais c'est aux élus locaux de se battre pour leurs école et pour garder le peu d'acquis que l'Etat ose encore offrir aux communes rurales".

Partager sur :