Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Aime-la-Plagne : il marche jusqu'à l'Elysée pour défendre les salles de sport

-
Par , France Bleu Pays de Savoie
Mâcot-la-Plagne

Adrien François, le gérant d'une salle de sport à Aime-la-Plagne, a décidé de marcher jusqu'à l'Elysée pour demander la réouverture des salles de sport. Il est parti ce lundi 8 mars pour 720 kilomètres, en autonomie.

Adrien François est le gérant d'une salle de sport à Aime-la-Plagne
Adrien François est le gérant d'une salle de sport à Aime-la-Plagne © Radio France - Justine Leblond

Lundi 8 mars, 8 heures : c'est l'heure du départ pour Adrien François. A 29 ans, il est le gérant d'une salle de sport à Aime-la-Plagne (Savoie). Le jeune homme va marcher 720 kilomètres jusqu'à l'Elysée, pour demander la réouverture des salles de sport. Il se donne 20 jours pour atteindre son but, en marchant une quarantaine de kilomètres quotidiennement. 

Une paire de chaussures, quelques vêtements, une tente et un duvet

Adrien est parti avec un sac de 18 kilos sur le dos, composé de vêtements chauds, d'un duvet d'une tente, car le gérant de la salle de sport compte bivouaquer tout au long de son parcours. Il a également emporté de la nourriture déshydratée. "Je suis un bon marcheur et randonneur, mais je n'ai jamais fait 720 km d'une traite. Comme je n'ai pas de deadline au niveau du temps, je prendrai le temps qu'il faudra. Mon but, c'est d'arriver là-haut !" explique Adrien François, gérant d'une salle de sport à Aime-la-Plagne. Parmi les grandes étapes de son chemin : Albertville, Annecy, Bourg-en-Bresse, Dijon, Auxerre et Paris. 

"Les aides c'est très bien, mais ça ne fait pas tout"

La situation de la salle des sport d'Adrien devient de plus en plus compliquée : "Les aides de l'Etat sont très bien et heureusement qu'elles sont là, mais ça ne fait pas tout." Le gérant a peur de perdre sa clientèle : "au fur et à mesure du temps, on perd la confiance de certains adhérents. Et il y en a d'autres qui avaient réussi à se motiver pour venir à la salle mais qui perdent la motivation. Plus le temps avance, plus ça va être compliqué de la retrouver."

Heureusement, tous les adhérents ne sont pas démotivés. Isabelle, inscrite à la salle depuis plus de 2 ans, a même décidé d'accompagner Adrien dans la première étape de son périple, jusqu'à Albertville. "Le sport c'est primordial pour la santé ! C'est important de le soutenir dans son projet", confie-t-elle. Parmi les personnes présentes au départ, il y avait aussi la famille d'Adrien, dont son père Jean-François, ému : "ça fait un petit pincement au cœur parce que c'est long. Mais j'espère que ça portera ses fruits, que le ministre des sports ou de la santé écoutera ce qu'il a à leur dire."

La conjointe, ses parents et quelques amis étaient au rendez-vous pour le départ de la marche
La conjointe, ses parents et quelques amis étaient au rendez-vous pour le départ de la marche © Radio France - Justine Leblond
Choix de la station

À venir dansDanssecondess