Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ainhoa : le projet de déviation enfin sur les rails

-
Par , France Bleu Pays Basque

Le Conseil départemental s'est engagé à réaliser les travaux de contournement du village. Le passage de 7000 véhicules chaque jour est devenu un vrai calvaire pour les habitants et commerçants.

L'affluence dépend de l'horaire, mais chaque jour, jusqu'à 7000 voitures empruntent la rue principale d'Ainhoa
L'affluence dépend de l'horaire, mais chaque jour, jusqu'à 7000 voitures empruntent la rue principale d'Ainhoa © Radio France - Andde Irosbehere

Ainhoa, France

40 ans que les Ainhoars en entendent parler ! Mais cette fois, ça devrait être la bonne. Après une première étude de circulation menée l'an dernier, le Conseil départemental a décidé de s'engager dans la réalisation d'une déviation, qui permettrait enfin au bourg de respirer.

Au quotidien, ce sont en effet 6000 voire 7000 voitures qui traversent la rue principale, bien souvent dans un seul but : aller chercher des cigarettes ou faire le plein d'essence à Dancharia, en Navarre. Il existe bien un contournement par Saint-Pée, mais que quasiment personne n'emprunte car long de 6km. 

Résultat : le bourg est envahi, et la situation est devenue insupportable estime Robert Zaldua, employé à la mairie : 

"Maintenant ce n'est même plus pendant les vacances, c'est toute l'année, tous les jours.".

"Les gens sont de moins en moins respectueux en voiture : ils ne respectent aucune priorité à droite, la zone à 30 est très peu respectée... Ce qui me fait de la peine, c'est que je vois nos anciens qui n'osent même plus aller chercher le courrier, car devant le passage piéton, on ne les laisse même plus passer... Si le contournement se fait, ça sera un soulagement pour tout le monde".

"On le subit toute l'année, tous les jours" Robert Zaldua

Un tracé fait enfin l'unanimité

En arrivant d'Espelette, la déviation devrait passer par le nord-ouest du village et emprunter d'abord une partie de la route qui mène vers Saint-Pée. - Radio France
En arrivant d'Espelette, la déviation devrait passer par le nord-ouest du village et emprunter d'abord une partie de la route qui mène vers Saint-Pée. © Radio France - Andde Irosbehere

Une déviation, oui, mais par où ? Le projet est réclamé à cor et à cri depuis des années mais les Ainhoars ne se sont jamais vraiment entendus sur le tracé. Le Conseil départemental a étudié trois possibilités, et c'est finalement la solution la plus consensuelle qui a été retenue, celle que le Conseil municipal avait déjà validée et proposée il y a quelques années.

Ce qui est prévu, c'est d'emprunter une partie de la route de Saint-Pée, tourner à gauche à mi-distance sur une nouvelle bretelle de 800 mètres, qui descendrait ensuite sur la pisciculture de Dantxaria. "Ce tracé va permettre de faire un gain de 6 kilomètres par rapport au contournement actuel", explique le maire d'Ainhoa, Michel Ibarlucia. "Il permettra de faire la même la même distance qu'en passant par le village mais par une ligne bien plus droite".

Michel Ibarlucia, le maire d'Ainhoa, détaille le tracé

Le département et la commune d'Ainhoa vont d'ores et déjà engager 150 000 euros d'études environnementales cette année. Mais d'ici à la maîtrise du foncier et aux autorisations administratives, le chemin est encore long... la déviation ne verra sûrement pas le jour avant minimum 5 ou 6 bonnes années.

"Berri ona gure herriarentzat"

40 urte kasik Ainhoar frangok bide berri hori guaitatzen dutela. Herri barneko biztanle eta komertsanteek diote denek egoera jasanezina bilakatu dela, Dantxarian supermerkatu haundiak garatu diren geroztik. 

"Orain, bada bakantzetan bezain auto ibilki herrian"