Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ajaccio : la municipalité arme ses policiers

mercredi 12 septembre 2018 à 10:32 Par Hélène Battini et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

Les policiers municipaux devront-ils être armés ? C'est la question qui a été soulevée ce mardi à l'Assemblée nationale. Un rapport parlementaire a été remis au Premier ministre. Rapport qui préconise de rendre obligatoire l'armement de la police municipale. A Ajaccio la municipalité anticipe.

Ajaccio sera dans quelques semaines la première ville de Corse à équiper sa police municipale de revolvers.
Ajaccio sera dans quelques semaines la première ville de Corse à équiper sa police municipale de revolvers. © Maxppp - maxppp

Corse, France

Il faut savoir qu'en 2016, au niveau national, 84 % des effectifs étaient équipés d'une arme, quelle que soit la catégorie, 44% d’une arme à feu. En Corse, des réflexions sont menées sur ce sujet. Et les municipalités n'ont pas toutes la même vision des choses.

Ajaccio prend les devants

Ajaccio sera dans quelques semaines la première ville de Corse à équiper sa police municipale de revolvers. Pour la trentaine d'agents qu’elle compte, la demande était quasi unanime. Simon Pietri, le chef de service dans la cité impériale : « C’est une bonne idée, l’arme complète la tenue du policier municipal. Ce n’était pas une obligation, c’est un besoin que certaines polices municipales expriment. »

Pour la trentaine d'agents ajacciens, la demande était quasi unanime. - Maxppp
Pour la trentaine d'agents ajacciens, la demande était quasi unanime. © Maxppp - maxppp

C'est avant tout le contexte national et les récents attentats qui ont convaincu les élus ajacciens de voter pour un armement des policiers municipaux. François Filoni, l'adjoint au maire en charge de la sécurité : « On est proche du dérapage partout, il ne s’agit pas pour nous de prendre des missions dévolues à la police nationale, mais les circonstances font qu’on se retrouve dans des situations où jamais la police municipale n’aurait pensé se trouver, à Nice les municipaux sont intervenus les premiers. »

Mais dans la rue, la population est partagée. Certains sont rassurés, d'autres craignent un manque de formation.

D'autres priorités 

Dans les autres villes, la réflexion sur l'armement s'est souvent invitée aux réunions des conseils municipaux. Comme à Porto-Vecchio. Marie-Antoinette Cucchi, la première adjointe au maire : « On en avait déjà discuté il y a un an environ, cela ne nous dérangeait pas au contraire on était d’accord évidemment…mais si vous y réfléchissez un petit peu vous voyez poindre encore un désistement de l’État au niveau de ses obligations régaliennes, on va encore donner aux communes des obligations de l’État. »

A Bastia, les 16 agents de la police municipale ne sont équipés que d'une matraque. Pour plusieurs motifs, l'armement n'est pas une priorité, nous dit Jérôme Terrier, le directeur général des services : « Ce n’est pas une priorité absolue pour l’exécutif bien que nous ayons une demande de nos collègues policiers qui souhaitent que l’on entame une discussion. Par ailleurs n’ayant pas un poste municipal adapté pour l’heure avec une salle d’armes équipée et les agréments nécessaires, ce n’est pas encore à l’ordre du jour. Bien évidemment si la loi nous y oblige on accélèrera le processus. »

Le rapport parlementaire présenté au Premier ministre comporte 78 propositions. Au-delà de l'armement, figurent d'autres mesures, comme par exemple un meilleur partage des informations et des fichiers personnels avec la police nationale et la gendarmerie.