Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Le grand débat national dans la Loire et la Haute-Loire

"J'ai cherché sur Saint-Étienne quelque chose de nouveau" (Akram Zinedine, réfugié syrien)

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Avant de partir de Syrie il y a trois ans, Akram Zinedine était directeur financier dans un groupe automobile. Aujourd'hui, il tient le seul restaurant végétarien et syrien de Saint-Étienne. Trouver un travail, c'était très important pour Akram, qui ne voulait pas rester sans rien faire.

Akram Zinedine a crée le premier restaurant syrien et végétarien de Saint-Étienne.
Akram Zinedine a crée le premier restaurant syrien et végétarien de Saint-Étienne. © Radio France - Octavie Couchard

Saint-Étienne, France

Akram est arrivé en France il y a trois ans. Il a quitté la Syrie parce qu'il était devenu trop dangereux d'y vivre : "La situation est difficile, quelques fois les enfants ne pouvaient pas aller à l'école". Il fait une demande de visa tourisme en France, puis de demandeur d'asile. Il reste quelques jours à Paris, mais il vient finalement s'installer à Saint-Étienne : "On m'a proposé Saint-Étienne parce que l'administratif allait plus vite ici et c'est le plus important, pour la famille, c'est les papiers". Aujourd'hui, Akram a le statut de réfugié en France, comme ses enfants, qui ont pu retrouver leur scolarité au collège et au lycée.

"J'ai fait fait cinq mois de formation assistant comptable et gestion j'ai fait aussi un stage en entreprise transport" - Akram, réfugié syrien à Saint-Étienne

L'homme de 47 ans, ancien directeur financier dans un grand groupe automobile en Syrie, se dit aujourd'hui bien intégré dans la société française et stéphanoise. Il a pris des cours de français et a cherché du travail, dans son domaine, la finance : "J'ai fait fait cinq mois de formation assistant comptable et gestion j'ai fait aussi un stage en entreprise transport mais j'ai cherché beaucoup de travail, mais je n'ai pas trouvé". Pas question de rester dans rien faire, Akram ne veut pas dépendre des allocations de l'Etat. Il s'est demandé quoi créer de nouveau sur Saint-Étienne et il a ouvert un restaurant syrien et végétarien, le seul sur Saint-Étienne.

Akram raconte pourquoi il a voulu trouver un travail rapidement à Saint-Étienne.

Bien intégré et actif dans la société, Akram ne sent pas pour autant un véritable citoyen : "C'est trois ans mais ce n'est pas beaucoup de temps pour intégrer pour connaitre toutes les choses, les habitudes, les traditions, on a besoin de temps pour le sentiment citoyen, mais j'espère qu'on va y arriver". Akram a fait une demande pour obtenir la nationalité française.

Quatre semaines de débat sur France Bleu Saint-Étienne Loire et La Tribune-Le Progrès

France Bleu Saint Etienne Loire, en partenariat avec La Tribune-Le Progrès, lance un grand débat pendant quatre semaines. Quatre grandes thématiques seront abordées durant ces rendez-vous exceptionnels : la fiscalité, les collectivités, la transition écologique et la citoyenneté. 

Depuis le 21 janvier, vous pouvez témoigner et laisser vos questions sur le répondeur de France Saint-Étienne Loire au 04 77 36 42 42 et sur redaction42@leprogres.fr ou redaction43@leprogres.fr. Rendez-vous tous les jeudis entre 18h et 19h pour une heure de débat sur France Bleu Saint-Étienne Loire.

Donnez vos idées et votez pour celles des autres 

Réforme institutionnelle, pouvoir d'achat, justice fiscale : en marge du Grand débat national, France Bleu lance sa propre consultation avec la plateforme Make.org afin de vous permettre de formuler vos propositions et/ou de voter pour celles des autres. Notre démarche étant indépendante de celle du gouvernement, vos propositions n'ont pas vocation à être communiquées aux autorités.

Choix de la station

France Bleu