Société

Alain Juppé : "Tariq Ramadan n'est pas le bienvenu à Bordeaux"

Par Olivier Uguen, France Bleu Gironde et France Bleu vendredi 25 mars 2016 à 11:59

Alain Juppé
Alain Juppé © Maxppp -

Alain Juppé prend position dans le débat sur la venue de Tariq Ramadan à Bordeaux et répond à ceux qui lui demandent d'interdire la conférence organisée samedi soir au Palais des Congrès. "Tariq Ramadan n'est pas le bienvenu à Bordeaux". En revanche, "le maire n'a pas les moyens de s'y opposer".

La polémique autour de la venue de Tariq Ramadan, attendu au Palais des Congrès samedi soir pour une conférence, continue d'enfler. Ce vendredi matin, Alain Juppé prend position. "Tariq Ramadan n'est pas le bienvenu", explique le maire de Bordeaux au micro de France Bleu Gironde. "J'ai toujours observé les déclarations de ce personnage, précise-t-il. Je n'ai pas entendu dans sa bouche une condamnation claire, nette et forte des auteurs des attentats qui se succèdent hélas, et ses positions sur un certain nombre de sujets fondamentaux, sur la laïcité, sur les hommes et les femmes, sur l'égalité sont pour le moins ambigües".

"Le maire n'a pas les moyens de s'y opposer"

Alain Juppé répond aussi à ceux qui lui demandent de réagir plus fermement. "Un maire n'a pas la capacité d'interdire une conférence ou une manifestation dès lors qu'il n'y a pas de présomption forte de trouble à l'ordre public. Le préfet m'indique que ce n'est pas le cas. Les maires qui ont essayé de le faire se sont fait annuler par le tribunal administratif."

"D'autre part, la société qui gère pour le compte de la ville le palais des sports ne peut pas opposer un refus de vente si quelqu'un lui demande la location d'une salle. La jurisprudence là aussi est très claire et ça tombe sous le coup de la loi", justifie le maire de Bordeaux.

Tariq Ramadan à Bordeaux : Alain Juppé au micro de Pascal Pierozzi

Les réactions à la venue de Tariq Ramadan sont très nombreuses depuis le début de la semaine. Mardi, déjà, Laurence Marchand-Taillade, secrétaire nationale du Parti radical de gauche, demandait à Alain Juppé de "réagir".

Mercredi, la conseillère régionale PS Naïma Charaï lui demandait à son tour de prendre position. Tariq Ramadan "a l'habitude du double langage, entre ce qu'il dit en France et ce qu'il dit à l'étranger, son discours est très troublant", expliquait-elle dans un communiqué.

Ce jeudi, Virginie Calmels, 1re adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, montait au créneau via une tribune publiée sur le site internet du Huffington Post : "monsieur Tariq Ramadan si vous respectez véritablement les valeurs d'humanisme et d'universalisme que vous prônez dès que vous êtes en difficulté, alors renoncez, renoncez à votre venue, renoncez pour une fois à votre appétit médiatique".

A l'invitation de l'association bordelaise In Peace Event, l'islamologue Tariq Ramadan doit participer samedi soir à une conférence sur le "Vivre ensemble", organisée par l'Espace Cutuel Musulman, une association basée quartier de Bastide.