Société

Alain Rousset : "Mettre en place des leaderships dans la future grande région"

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde mardi 1 septembre 2015 à 7:00

Alain Rousset
Alain Rousset © Radio France

Alain Rousset a fait sa rentrée ce lundi au conseil régional d'Aquitaine : aide aux lycéens et aux PME innovantes, réforme du code du travail et contours de la future grande région (Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin), le président socialiste du conseil Régional évoque les dossiers de cette rentrée 2015.

France Bleu Gironde : Pensez-vous comme le premier ministre Manuel Valls qu’il est nécessaire aujourd’hui de réformer le code du travail ?

Alain Rousset : Je pense effectivement qu’il faut de la souplesse. Lorsqu’il y a un coup de bourre dans une entreprise il faut bien que les choses se fassent sans quoi on rate « la marée ». Les contrats de travail d’aujourd’hui limitent les embauches. Donc il faut qu’on travaille là-dessus avec les partenaires sociaux. Pas question d’en arriver à la fin du salariat comme le suggère Nathalie Kosciusko-Morizet mais il faut bien  moderniser le code du travail.

C’est aujourd’hui la rentrée des classes et vous annoncez une mesure en faveur des lycéens : l’aide au devoir gratuite qui sera mise en place fin septembre. De quoi s’agit-il ?

C’est une initiative que je ramène du Canada. Cela vise à lutter contre le décrochage scolaire. Nous allons créer un groupe d’étudiants en master sur un plateau technique du conseil régional. Gratuitement les jeunes qui ont un problème avec leurs devoirs en maths en français ou en anglais pourront téléphoner tous les soirs de la semaine pour se remettre à niveau.

Vous êtes candidat à la présidence de la grande région (Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin). Comment allez-vous faire pour lisser les inégalités qui existent entre ces territoires ?

C’est une question de méthode… En Aquitaine nous avons choisi des priorités. Ca va du logement des jeunes à l’innovation dans les PME. Le résultat c’est 13,000 actifs supplémentaires par an qui viennent travailler en Aquitaine. C’est une question de volonté politique et je crois que tout le monde est séduit aussi bien en Limousin qu’en Poitou-Charentes sur ce que nous faisons en matière d’industrie et de développement économique. Nous ferrons pareil dans la grande région en devenant leader sur certains secteurs (l’agro-alimentaire, l’aéronautique, le bois, le vin…)