Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

La venue d'Alain Soral à Amélie-les-Bains pour l'université d'été de son mouvement divise

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Le mouvement d'ultra-droite d'Alain Soral, Égalité et Réconciliation, organise son université d'été à Amélie-les-Bains (Pyrénées-Orientales) du 25 au 31 août. La venue de l'essayiste plusieurs fois condamné pour négationnisme et incitation à la haine raciale fait grincer des dents à la mairie.

Le mouvement d'Alain Soral organise son université d'été à Amélie-les-Bains
Le mouvement d'Alain Soral organise son université d'été à Amélie-les-Bains © Maxppp - PHILIPPE HUYNH-MINH

Amélie-les-Bains-Palalda, France

Alain Soral, Youssef Hindi, Damien Viguier et Lucien Cerise : la venue de ces quatre figures de l'ultra-droite à Amélie-les-Bains pour l'université d'été du mouvement Égalité et Réconciliation, du 25 au 31 août, suscite de nombreuses interrogations dans la commune. Certains d'entre eux, notamment l'essayiste Alain Soral, ont été condamnés par la justice française pour propos négationnistes et provocation à la haine raciale. 

Université d'été en plein Vallespir

Pendant une semaine, ils vont "donner des cours à une classe" de partisans du mouvement explique Marc Faisan, qui accueille l'événement dans son mas, à plus d'une heure de marche du centre-ville, dans la montagne. Ce partisan d'Égalité et Réconciliation assure qu'il ne s'agit pas d'un camp survivaliste comme le craignent certains. 

"On va faire une randonnée et quelques exercices physiques, mais ce sera essentiellement des cours d'histoire des religions et de sociologie. Certains imaginent que 4.000 para-commandos vont débarquer dans le Vallespir ! Ce n'est pas ça." 

Impossible d'en savoir plus sur le contenu ou les thèmes des conférences organisées. "D'après un voisin qui habite à côté et a regardé le programme, ce n'est apparemment pas trop basé sur l'antisémitisme, lance Alain, un habitant. Ça a l'air de poser des problèmes pour les riverains car on ne sait pas trop quelle tournure ça va prendre".

L'ultra-gauche mobilisée

Sur les réseaux sociaux, des mouvements de l'ultra-gauche et des antifascistes appellent à bloquer les accès au mas de la griffe dès samedi, pour montrer leur opposition à la venue d'Alain Soral. Des tags sont déjà apparus sur le chemin qui y mène. 

De quoi faire craindre des débordements au maire socialiste de la commune, Alexandre Reynal. 

"Il peut y avoir un danger vu la configuration des lieux : c'est un cul de sac, s'inquiète-t-il. Si les uns et les autres veulent aller à l'affrontement, il sera quasiment inévitable". Impossible pour lui de demander l'interdiction de l'événement puisqu'il se déroule sur une propriété privée, et il ne compte pas sécuriser le secteur : 

"Je ne mettrai pas ma police municipale en danger pour ces gens-là. S'il y a des débordements en centre-ville, ce sera autre chose."

De son côté, Marc Faisan s'étonne de cette mobilisation : "Tout le monde doit se calmer, lance-t-il. Il y a eu des tags contre moi, certains appellent à cramer mon mas sur les réseaux sociaux. Ils ont le droit de ne pas être d'accord avec Alain Soral et de l'exprimer, mais il faut un peu de respect."

Des habitants peu concernés

En parallèle, à Amélie-les-Bains, presque personne n'a entendu parler de cette université d'été qui va se dérouler dès ce dimanche. Le nom d'Alain Soral ne dit rien à la plupart des habitants. Les rares à être au courant ne se sentent pas spécialement concernés. "Ça va se faire dans la campagne, ils ne vont pas nous enquiquiner dans le centre", lance Joël. 

"Alain Soral, il a des propos, des fois... mais tout le monde a le droit de s'exprimer", estime Joseline. Une autre habitante envisage même d'aller y faire un tour, car elle est "tout à fait d'accord avec Alain Soral". "C'est un négationniste, ce qui me chagrine énormément, mais s'ils n'embêtent personne, ça s'arrête là, aquiesce Alain. Les gens s'en moquent royalement de cette université d'été".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu