Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Albert : conflit ouvert entre les salariés et les dirigeants de l'usine aéronautique SIMRA

-
Par , France Bleu Picardie

La CGT attend toujours des éclaircissements sur le futur des salariés du sous-traitant aéronautique basé à Albert. Une centaine de postes reste menacée, sur les 170 que compte l'usine. Ce vendredi après-midi, des membres de la direction ont même levé le barrage dressé par les salariés en grève !

Les salariés du sous-traitant aéronautique SIMRA toujours dans le flou sur leur avenir
Les salariés du sous-traitant aéronautique SIMRA toujours dans le flou sur leur avenir © Radio France - Alexandre Lepère

Près de deux heures de réunion mais pas d'accord : à Albert, cinq salariés du sous-traitant aéronautique SIMRA ont notamment été reçus ce vendredi 21 août par le directeur des ressources humaines de Segula, le groupe qui détient cette usine d'Albert. Une réunion sans le directeur de SIMRA (actuellement en vacances), en réaction à la grève menée par les salariés entre jeudi matin et vendredi matin, à l'appel de la CGT : une vingtaine d'entre eux a occupé pacifiquement le parking de l'usine, en dressant des barricades, pour faire obstacle aux camions venus récupérer les pièces fabriquées dans l'usine.

Déjà une vingtaine de salariés partis dans le cadre d'une rupture conventionnelle collective

Depuis le mois d'avril, le syndicat réclame des réponses sur l'avenir des salariés, qui fabriquent notamment des planchers ou des portes latérales d'avion. Une centaine de postes est menacée sur les 170 que compte l'usine.  Certains salariés parlent de "licenciements déguisés", dans le cadre d'une rupture conventionnelle collective du contrat de travail, ce que ne confirme pas encore la direction, qui reste publiquement silencieuse. Mais une vingtaine de salariés sont déjà partis comme ça depuis le mois d'avril, après un entretien avec la direction des ressources humaines.

Une centaine de postes est menacée sur les 170 que compte l'usine SIMRA
Une centaine de postes est menacée sur les 170 que compte l'usine SIMRA © Radio France - Alexandre Lepère

Une journée de mobilisation ce vendredi 28 août à Albert avec les salariés des autres sous-traitants

Autre enjeu du problème, les salariés veulent accéder aux contrats de SIMRA, pour connaitre la fin exacte de leur activité : avec la crise économique post-confinement, ils s'attendent à perdre la totalité de leurs chantiers d'ici la fin de l'année, comme leurs homologues de Figeac, 3A, Derichebourg, ou encore Laroche, également situés sur le bassin d'Albert-Méaulte. De son côté, la direction reste très floue et assure aux salariés que l'activité va continuer à l'usine, au-delà de la fin de l'année. Mais elle a aussi indiquée la direction qu'au 31 août, il n'y aura plus que 126 salariés soit 44 de moins qu'au début de l'été.

Si les échanges sont restés pacifiques ce vendredi, le barrage de pneus et de palettes en bois a finalement été levé.... par le directeur des ressources humaines de Segula et un responsable de l'unité de production. Les salariés de SIMRA ne travaillent pas ce week-end mais un nouvel appel à la grève et au blocage est possible ce lundi matin sur le parking de l'usine, rue Henry-Potez. A Albert, une nouvelle journée de mobilisation aura lieu vendredi 28 août avec les salariés de SIMRA mais aussi des autres sous-traitants aéronautiques. La manifestation s'élancera de l'usine Stelia pour rallier la mairie de la ville.

Dressé jeudi midi, le barrage a finalement été levé de force vendredi après-midi... par un directeur des ressources humaines et un responsable de production de SIMRA !
Dressé jeudi midi, le barrage a finalement été levé de force vendredi après-midi... par un directeur des ressources humaines et un responsable de production de SIMRA ! © Radio France - Alexandre Lepère
Choix de la station

À venir dansDanssecondess