Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Albert Marchand, l'un des derniers déportés creusois, est mort

-
Par , France Bleu Creuse

C'était l'un des derniers déportés creusois :Albert Marchand est mort à 91 ans. Entré dans la résistance à 16 ans, il avait été déporté à Buchenwald et Flossenbürg.

Albert Marchand, ancien déporté au camp de Buchenwald (sur la photo), était l'un des derniers survivants creusois. Il est mort à l'âge de 91 ans.
Albert Marchand, ancien déporté au camp de Buchenwald (sur la photo), était l'un des derniers survivants creusois. Il est mort à l'âge de 91 ans. © Maxppp - Martin Schutt/dpa/picture-alliance/Newscom/MaxPPP

Creuse, France

L'un des derniers déportés creusois s'est éteint. Albert Marchand est mort, à 91 ans.  Il avait rejoint les rangs de la résistance à 16 ans, s'était engagé dans les Forces françaises de l'intérieur, les FFI. Tombé dans les mains des allemands, il avait été fait prisonnier et déporté dans plusieurs camps de travail, notamment Buchenwald et Flossenbürg. 

Nos confrères de France 3, rappellent, dans un documentaire sur "les Résistances" : "Il est affecté au terrain de parachutage de Nadapeyrat pour récupérer des parachutages de munitions ainsi que de vivres, suite à la première libération de Guéret. Son groupe est rattrapé par les Allemands et il est fait prisonnier."

Ecoutez Albert Marchand, raconter son arrivée au camp de Buchenwald

Le besoin de transmettre 

Après la libération, il a passé sa vie à transmettre son histoire aux plus jeunes,avec des interventions dans des écoles, la participation à la rédaction de livres, comme "Mémoires de trois déportés creusois", distribué à toutes les classes de troisième, en Creuse. Pour l'ancien résistant, il était toujours nécessaire d'éveiller la conscience des plus jeunes. 

France Bleu Creuse l'avait rencontré, en 2015 lors du Rallye de la Résistance, devant le monument de Combeauvert, entre Pontarion et Janaillat. "On n'en a pas fini. On croyait que c'était terminé, il y a toujours eu au moins un conflit depuis 39-45. Les événements actuels nous confortent dans notre volonté de faire valoir auprès des jeunes les valeurs qui étaient les nôtres lorsque l'on a résisté. Résister contre l'antisémitisme, le racisme, les dérives de la religion.

Effrayé par la montée de l’extrême droite 

Son ami Robert Jean,  président des Amis du Musée de la Résistance et de la Déportation, se souvient de cette scène, pas si éloignée : _"Ce qui le désolait, quand il regardait la télévision, c'était de voir la montée de l’extrême droite en Europe. Ce qui le rendait malade, c'était de voir que c'est gens étaient devenus fréquentables"._Une cérémonie ouverte à tous aura lieu ce vendredi à 17h15 au cimetière de Guéret. Pour lui rendre un dernier hommage.

Aujourd'hui, il reste un survivant des camps de concentration en Creuse, il s'agit d'Isidor Canova, agent de liaison pour l'Armée Secrète pendant la Seconde Guerre mondiale, avant d'être arrêté et déporté à Dachau.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu