Société

Albert Roche : "Il y a des bombes ambulantes qui se baladent en France"

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde mardi 17 février 2015 à 10:41

Albert Roche dans le studio de France Bleu Gironde
Albert Roche dans le studio de France Bleu Gironde © Radio France - Florence Pérusin

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France en Aquitaine était ce matin l'invité de France Bleu Gironde. S'il insiste sur le fait que dans notre région, aucune recrudescence d'actes antisémites n'a été enregistrée, il déplore malgré tout le climat délétère qui s'est installé et qui pousse de nombreux juifs à vouloir quitter la région.

La peur des juifs de Gironde relève-t-elle d'un sentiment ou de faits concrets ? Albert Roche : Les deux. Il y a une évolution avec les attentats à Paris il y a 1 mois, nous constatons un nouvel antisémitisme d'une partie de la population arabo-musulmane. Dans leur grande majorité, les musulmans en Gironde et ailleurs vivent normalement mais la minorité qui se radicalise en prison, celle là fait très peur et il y a de quoi. Ce sont comme les frères Kouachi des bombes ambulantes. Et puis nous constatons aussi le retour d'un autre antisémtisme qui lui existe en France depuis longtemps selon lequel les juifs tiendraient les instances politiques, économiques dans leurs mains. Il renait malheureusement dans un monde inquiet ou les valeurs essentiuelles ne sont plus respectées.Avez-vous constaté en Aquitaine une montée des actes antisémites ?

Non, pas du tout. Nous sommes un exemple exceptionnel en France de part nos rapports directs. Nous dialoguons en Gironde sans aucun problème avec nos amis musulmans, ce qui nous permet de désamorcer à la source ce climat de suspicion qu'on voit ailleurs dans d'autres régions. Et puis, vous savez, les responsables musulmans de Gironde sont d'origine marocaine et moi aussi donc nous avons beaucoup de choses en commun. Les relations de personnes à personnes sont plus importantes que tout le reste. Et dans nos rapports humains et dans les faits nous le ressentons. Mais ça ne veut pas dire que nous sommes malgré tout à l'abri d'un acte irréparable.La religion musulmane doit-elle se doter de nouvelles institutions ? On ne peut pas imposer quelque chose par le haut. Je pense qu'il faut que ça vienne de la base. Il faut absolument que les musulmans se réunissent et se dotent d'instances choisies par eux. A Bordeaux, Alain Juppé veut créer des écoles pour les imams qui à 50% en france ne parlent pas français et je pense que c'est une excellente idée.Le CRIF est-il plus sensible au discours de Manuel Valls ou à celui de Benjamin Netanyahou ? Chaque juif fait ce qu'il ressent en son âme et conscience. Je comprends ces départs car le climat se dégrade de plus en plus... Et je ne parle pas que des actes terroristes. Globalement, dans notre société aujourd'hui on manque fondamentalement de respect les uns envers les autres.

Albert Roche : "La communauté juive est inquiète"