Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Alcool et conduite : comment allez-vous rentrer de votre soirée du Nouvel An ?

mardi 29 décembre 2015 à 19:55 Par Thomas Schonheere, France Bleu Breizh Izel

Selon une enquête publiée ce mardi, neuf Français sur dix consommeront de l'alcool lors du réveillon de fin d'année. Problème : la moitié d'entre eux déclare n'avoir pris aucune disposition pour le trajet du retour.

En moyenne, les Français vont boire 3,8 verres d'alcool le soir du réveillon
En moyenne, les Français vont boire 3,8 verres d'alcool le soir du réveillon © Maxppp

Quimper, France

Comme chaque année, la soirée du Nouvel An s'annonce arrosée : selon une étude parue ce mardi et réalisée par la Prévention Routière et les Assureurs Prévention, neuf Français sur dix consommeront de l'alcool le soir du 31 décembre. En moyenne, continue l'étude, les fêtards prévoient de boire 3,8 verres d'alcool ce soir-là. Et pour 48,3% des Français, la question de la conduite va forcément se poser, soit parce qu'ils se déplacent, soir parce que leurs convives vont se déplacer. 

Mais un chiffre en particulier alerte les associations : un Français sur deux n'a pas pensé à la manière dont il va rentrer de sa soirée. "C'est vrai qu'on y a pas vraiment pensé pour le moment", confirme Laurent, 33 ans, qui va passer le réveillon avec une dizaine d'amis. "On va se faire une petite bouffe, mais si on veut se déplacer, on est en groupe et il y a toujours une ou deux personnes qui ne boit pas. Au pire il y a la solution taxi."

Capitaine de soirée ou dormir sur place ?

Pour les gens qui, comme Laurent, n'ont encore rien prévu pour rentrer de leur Nouvel An, la Prévention Routière et les Assureurs Prévention ont décidé de faire dans le pédagogique. Sur internet, les associations fournissent ainsi quelques "modes d'emploi" pour pouvoir trinquer sans se mettre en danger. Exemple : comment choisir un "Sam", un capitaine de soirée. Ou pourquoi tout simplement ne pas dormir sur place ? Chaque solution est accompagnée de courtes vidéos.

Dans les rues de Quimper, beaucoup de jeunes privilégient d'ailleurs cette dernière option. "C'est la question de base : où on dort ?, rigole Mathilde, 25 ans. Comme ça, il n'y a pas de risque de conduite en état d’ébriété. Et puis comme on est jeune on s'arrange : on dort par terre, dans la voiture, ou à cinq dans un lit."  Pour Antoine, 23 ans, cela permet en plus de prolonger un peu le réveillon : "On reste tous ensemble, on se réveille le matin et on fait le ménage, c'est plutôt sympa."  

Pour ceux qui fêteraient le Nouvel An en ville, il y a "Sam", le capitaine de soirée, celui qui ne boit pas. Pas si compliqué que cela à trouver, selon Franck : "En contrepartie, on peut lui payer son entrée en boîte de nuit par exemple. Personnellement, je trouve toujours quelqu'un pour me ramener."  Enfin, il y a la "solution taxi". Payante, certes, mais qui n'arrête pas les fêtards : "En une soirée, c'est 300 à 400 appels, contre 150 environ pour un samedi normal, affirme Jean-Baptiste Audrain, le président des radio-taxis quimpérois. C'est la plus grosse activité de l'année, avec la soirée d'Halloween et celle de Noël."

Jean-Baptiste Audrain, président des radio-taxis quimpérois