Société

Alerte tsunami : la Corse a craint le pire

France Bleu RCFM vendredi 17 avril 2015 à 1:26

Le port de Bastia
Le port de Bastia © MaxPPP

La panique a gagné la côte Est de l'île ce jeudi 16 avril en soirée. La raison : une alerte tsunami après le tremblement de terre survenu en Crète. Alerte qui a contraint les autorités à faire notamment évacuer les établissements de Bastia situés en bord de mer.

Plus de peur que de mal, c'est le moins que l'on puisse dire, mais sale soirée quand même pour les Bastiais et autres riverains des communes voisines. A l'origine de cette situation, une alerte tsunami sur la côte Est de l'ile jeudi. Alerte faisant suite à un tremblement de terre en Crète. L'épicentre se trouvait à une vingtaine de kilomètres sous la surface de la mer. La crainte d'un tsunami a contraint les autorités à faire évacuer la population en situation dite périlleuse sur le bord de mer. Autrement dit, tous les établissements de la ville ont été vidés et les gens se sont réfugiés sur les hauteurs de Bastia.

Plus au sud, l'inquiétude s'est portée sur le cordon lagunaire de la Marana où la circulation a été un temps interdite.

Les choses sont finalement rentrées dans l'ordre sur le coup de 21h40 après les derniers calculs du centre sismique européen, rassurants.

Alain Rousseau, le préfet de Haute-Corse, a, dès ce jeudi soir précisé les choses : "Nous avons été informés par la préfecture de zone de défense à 20h48 qu’un séisme avait eu lieu en Crète, séisme de 6,1 sur l’échelle de Richter . Ce qui pour le centre sismique euro-méditerranéen pouvait entrainer une vague d’un mètre de haut, ce qui est assez considérable . Dans ces conditions, il a été décidé de porter l’ensemble des forces disponibles de police, de gendarmerie, de pompiers sur les côtes, dont la côte orientale dont on sait qu’elle est la plus vulnérable pour être en surveillance et évacuer à titre préventif les personnes les plus exposées. Et puis nous avons reçu, une demi-heure plus tard, un nouveau calcul du centre sismique euro-méditerranéen qui a fait valoir que l’évènement était moins important que prévu (4,9 sur l’échelle de Richter) et qu’il n’entrainerait plus un phénomène de tsunami. Donc immédiatement, l’alerte a été levée."

TSUNAMI / PREFET

Témoignages d'un soir de panique

La population bastiaise a été prise de panique. Nombreux ont pris leurs voitures pour gagner au plus vite les hauteurs de la ville. 

TSUNAMI / FAMILLE MICKAEL

TSUNAMI / CLIENT

TSUNAMI / MEI François

TSUNAMI / CAFETIER MARIUS