Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Alexis Garnier, délégué du Secours catholique en Moselle : "vivre avec 550 euros par mois ? C'est impossible"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le Secours catholique vient de sortir son rapport statistique annuel, et les chiffres locaux pour la Moselle et la Meuse sont révélés ce matin. Les chiffres sont alarmants : 535 euros, c'est le niveau médian mensuel des ménages bénéficiaires - 550 dans nos départements.

Le Secours catholique s'occupe de 1.350.000 personnes en France
Le Secours catholique s'occupe de 1.350.000 personnes en France © Maxppp - Marc Ollivier

Moselle, France

Les chiffres sont glaçants : 535 euros, c'est le niveau médian mensuel des ménages accueillis au Secours Catholique au niveau national, selon le rapport statistique annuel de l'association qui vient de sortir. C'est environ 550 euros au niveau local. Dramatique, quand on sait que le seuil de pauvreté pour une personne seule est de 1.041 euros. Vivre avec cette somme "est simplement impossible, martèle Alexis Garnier. Ce que ces personnes vivent au quotidien, c'est plutôt l'enfer. J'admire leur courage pour chercher un logement, un travail, une formation pour s'en sortir. Notre présence leur permet ce coup de pouce pour changer de situation"

Une part importante de femmes seules

En Meuse et en Moselle, on compte 752 bénévoles, réparties sur 54 équipes locales, pour 6.417 situations de pauvreté rencontrées en 2018 sur les deux départements. Et comme au niveau national, ce qui est frappant, c'est la part importante de femmes qui viennent demander de l'aide : "Il y a notamment une augmentation du nombre de femmes seules, +2 points, et une augmentation du nombre de mères seules avec enfant, +4 points. On est inquiets, elles doivent gérer à la fois leurs enfants en bas âge, une recherche de formation ou d'emploi, et tout ça de manière très compliquée," détaille Alexis Garnier.

10% de jeunes de moins de 25 ans

On a beaucoup parlé de précarité étudiante ces derniers jours, avec ce jeune étudiant qui s'est immolé à Lyon. Dans notre département, le nombre de bénéficiaires de moins de 25 ans augmente légèrement, de 9 à 10%. "On sent qu'il y a un peu plus de jeunes en difficultés qui frappent à notre porte, et on sait que c'est encore plus difficile pour eux que pour le reste de la population, explique Alexis Garnier. Mais il n'y a pas de filet de sécurité pour eux", dit-il, rappelant que le RSA n'est accessible qu'aux plus de 25 ans. 

Agir, c'est aussi "avoir une action politique pour dénoncer les injustices et les dysfonctionnements, et pour proposer des alternatives"

Enfin, le Secours Catholique accueille énormément de migrants, souvent sans aucune ressource. Pour l'association, agir "ce n'est pas seulement agir de manière individuelle, c'est aussi avoir une action politique, une action de plaidoyer, pour dénoncer les injustices et les dysfonctionnements, et pour proposer des alternatives", conclut Alexis Garnier, qui en appelle aux bonnes volontés.

Alexis Garnier, délégué du Secours catholique en Meuse et en Moselle

Si vous voulez joindre le Secours Catholique : 03 87 76 21 56 (bureau de Metz)

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu