Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Europe, éducation et environnement : la présidentielle vue par les retraités de l'EHPAD St-Arbogast à Strasbourg

mercredi 29 mars 2017 à 19:13 Par Charlotte Jousserand, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Dans moins d'un mois, les résidents de la maison de retraite Abrapa de St Arbogast à Strasbourg vont voter pour l'élection présidentielle. Europe, éducation et environnement, ces retraités ont beaucoup de propositions à faire pour ce nouveau quinquennat.

Francis, Gérard, Georges et Marie-Madeleine ont des propositions à faire pour cette élection présidentielle
Francis, Gérard, Georges et Marie-Madeleine ont des propositions à faire pour cette élection présidentielle © Radio France - Charlotte Jousserand

Strasbourg, France

Autour de la table, dans le petit salon de l'EHPAD Abrapa Saint Arbogast de Strasbourg, Georges, Francis, Gérard et Marie-Madeleine discutent politique. Francis, ancien professeur, a écrit au stylo bille bleu une liste d'une dizaine de réformes à engager pour ce nouveau quinquennat. Pour lui, il faudrait tout d'abord revenir à un septennat plutôt qu'un quinquennat pour le président de la République pour qu'il ait "plus de temps pour installer sa politique et appliquer ses réformes". Il faut aussi, selon Francis, limiter les mandats de députés à deux ou trois et instaurer un âge de départ à la retraite pour eux aussi. Francis a également des propositions à faire sur l'éducation mais aussi sur l'environnement : "Il faut encourager l'agriculture biologique, explique-t-il, c'est l'avenir, il faut également encourager les énergies renouvelables et limiter mais ne pas arrêter complètement le nucléaire".

Il faut encourager l'agriculture biologique, c'est l'avenir" - Francis

A côté de lui, Gérard, en chemise bleue et jaune à carreaux, pense à sa retraite. Pour le moment, tout ce qu'il gagne sert à "payer la maison de retraite". Il entend souvent parler d'augmentation des retraites mais pour le moment il n'a rien vu venir. Cet ancien urbaniste souhaite surtout que le nouveau président débloque des moyens pour les maisons de retraites : "pour qu'elles soient aidées, avec le personnel qu'il faut et tout. Moi j'ai été surpris de toutes les charges que supportent le personnel".

L'Europe est un pôle, il faut qu'il soit équilibré, sûr de lui et calme" - Marie-Madeleine

Marie-Madeleine, 94 ans, pense surtout à la jeunesse. Cette ancienne institutrice dans le Sahara estime qu'il faut mettre les moyens nécessaires car l'éducation est indispensable "de l'enfant à l'étudiant". Marie-Madeleine a aussi beaucoup d'attentes aussi vis-à-vis de l'Europe. Elle a vu l'Union Européenne se construire elle qui a vécu "la guerre, l'après-guerre, les Trente glorieuses, tout ça, j'étais contente de voir l'Europe se construire parce que la guerre a déséquilibré tous les pays et l'Europe était une bonne idée". Selon elle, l'Europe"est un pôle entre l'Asie et l'Amérique, il faut qu'il soit équilibré, sûr de lui et calme mais il faut une volonté".

Georges lui aussi est un convaincu de la nécessité de l'Union européenne mais il ne comprend pas que les candidats en parlent si peu."Les grands problèmes de l'Europe, de la France, on en parle pas beaucoup". Georges ne comprend pas non plus certains candidats qui souhaitent ou envisagent de sortir de l'Europe : "Ils sont fous, ils ne sont pas réalistes", explique cet ancien militaire, "Ils ne se rendent pas compte de la situation. Je comprends bien qu'il y a eu des problèmes mais il y a d’autres pays qui nous montrent que c'est possible comme l'Allemagne par exemple".

Et si Francis a déjà fait son choix pour le premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril prochain, Gérard ne sait toujours pas quel candidat choisir. Georges, de son côté, ne sait pas s'il ira voter.