Société

Albert Nouati, un curé noir en Alsace : "il y a eu des attitudes qui frisent un peu le racisme"

Par Jules Brelaz, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu lundi 3 avril 2017 à 8:37

France Télévisions / Ere Production
France Télévisions / Ere Production - .

France 3 Grand Est diffuse ce lundi 3 avril le documentaire intitulé "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu pour mériter un curé noir ?", un film qui raconte l'arrivée en Alsace de prêtres d'origine africaine. Rencontre avec le père Albert Nouati qui a inspiré le réalisateur Roland Muller.

L'histoire commence en 2011 lorsqu'une paroissienne de Souffelweyersheim (Bas-Rhin) pose cette question dans un courrier à l'archevêché de Strasbourg : "qu'est-ce que la paroisse a fait au bon dieu pour mériter un curé noir ?" Le prêtre en question s'appelle Albert Nouati. Et il n'est pas rancunier.

C'est rigolo parce qu'au début il y a toujours des hésitations qui sont normales. Ça met du piment ! En bon Africain que je suis, ça met du piment dans la sauce sinon ce serait trop fade!

Né au Togo, petit pays d'Afrique de l'Ouest, Albert Nouati a été baptisé par un missionnaire alsacien. Rentré au séminaire de Lomé, il est ordonné prêtre en 2001 à Strasbourg. Aujourd'hui curé à Witzenheim (Haut-Rhin), il a auparavant officié à Mulhouse, Westhoffen et avant cela durant cinq ans à Souffelweyersheim. "Honnêtement nous avons vécu de belles choses ensemble, même si ça n'a pas été facile au début, il y a eu des oppositions, des hésitations, des attitudes qui frisent un peu le racisme."

Le racisme est une maladie heureusement guérissable et le médicament c'est l'amour!

"On a quand même vécu de belles choses!"

Le documentaire "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu pour mériter un curé noir ?" dresse le portrait de ces prêtres issus de l'immigration. Alors que l'Eglise catholique de France est confrontée à une pénurie de prêtres, ces nouveaux curés de campagnes incarnent une partie de la relève du clergé en Alsace.

Pour moi c'est le retour de l'ascenseur, les missionnaires alsaciens ils sont venus en Afrique pour nous apporter l'Evangile, aujourd'hui ils récoltent le fruit qu'ils ont semé

Entre les pancartes agressives de certains et les "coups tordus" des autres, Albert Nouati a dû combattre les préjugés d'une petite partie des paroissiens avant d'être accepté et finalement apprécié. "Moi je ne me laisse pas toucher par ce genre de réflexion. Pour moi, c'est un manque d'ouverture, c'est en quelque sorte l'ignorance qui prouve la peur de l'inconnu, on ignore ce que l'autre peut nous apporter de beau".

On a vécu de belles choses parce que la même paroissienne qui avait envoyé le courrier à l'évêché, trois mois après, a renvoyé un nouveau courrier dans lequel elle s'excusait de l'agressivité de sa lettre et cette personne expliquait voir en moi un rassembleur. Du coup elle concluait en disant :"surtout ne nous l'enlevez pas !"

"Qu'avons-nous fait au bon dieu pour mériter un curé noir?" A VOIR lundi soir sur France 3 Grand Est après Soir 3 (Coproduction Ere Production et France Télévisions) BANDE-ANNONCE

Réécoutez l'interview du père Albert Nouati