Société

Alsace : rentrée galère pour les enfants handicapés, les familles manifestent

Par Maxime Nauche, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu dimanche 17 septembre 2017 à 18:00

Que le handicap soit physique ou mental, les enfants concernés doivent être aidés par une auxiliaire de vie scolaire
Que le handicap soit physique ou mental, les enfants concernés doivent être aidés par une auxiliaire de vie scolaire © Maxppp -

Pour plusieurs familles alsaciennes, la rentrée a été compliquée. Celles qui ont des enfants handicapés ont normalement droit à une auxiliaire de vie scolaire (AVS) pour les aider à l'école. Mais le 4 septembre, il n'y avait pas d'AVS pour tout le monde.

Qu'un enfant soit handicapé mental ou physique, il est, en principe, épaulé par une auxiliaire de vie scolaire (AVS) quand il est à l'école. Mais cette année encore, toutes les familles concernées n'ont pas pu avoir d'AVS. Elles manifestent mardi partout en France. En Alsace, un rassemblement est prévu devant la Maison départementale des personnes handicapées de Strasbourg (MDPH), de 9h à 17h.

Des parents livrés à eux-mêmes

Laura habite à Illkirch. Son petit garçon a 4 ans et devait rentrer en moyenne section de maternelle. Mais voilà, le fils de Laura est autiste et a besoin d'une AVS pour l'aider à l'école. En juillet la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) lui en avait promis une. Mais le jour de la rentrée : personne. "J'ai appelé l'académie, " explique Laura. "Il m'ont dit qu'ils n'étaient même pas au courant que mon fils avait besoin d'une AVS." Laura a donc dû refaire une demande et on lui a dit qu'il fallait qu'elle attende au moins trois semaines.

Laura devait avoir une AVS pour son fils de 4 ans. Mais à la rentrée : personne

A Kertzfeld, Bianca est dans la même situation. Son fils, également autiste, est rentré en CE2. Depuis six ans il était suivi par différentes AVS. Mais celle qui l'accompagnait à la fin de l'année dernière a été mutée trois jours avant la rentrée. Depuis, l'école refuse de prendre le fils de Bianca sans AVS. Elle a fait le forcing : "Je leur ai imposé qu'il le garde au moins jusqu'à 10h tous les jours." Pour Bianca, c'était impensable que son fils n'aille plus à l'école du jour au lendemain, alors qu'il y allait depuis tout petit.

Le fils de Bianca ne peut plus aller à l'école, faute d'AVS

Le rectorat noyé sous les demandes

C'est le rectorat qui gère les auxiliaires de vie scolaire. Patricia Eckert y travaille et elle essaye d'expliquer ces désagréments : "Avant l'été on reçoit énormément de demandes. Le temps que les commissions se réunissent pour affecter les AVS, ça peut prendre un peu plus de temps." D'après le rectorat, il y a 30% de demandes en plus cette année par rapport à la rentrée 2016. Au niveau national, c'est seulement 12%. Enfin, l'Alsace compte environ 300 accompagnateurs pour 6000 enfants qui en ont besoin.