Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amboise : le centre de périnatalité maintenu malgré la fermeture envisagée de lits

-
Par , France Bleu Touraine

Six lits devraient fermer d'ici l'automne au centre de périnatalité d'Amboise, sur les douze actuels. Pour autant, le syndicat majoritaire ne s'inquiète pas de ces fermetures, tant que les effectifs sont préservés.

Un nourrisson et sa mère (photo d'illustration)
Un nourrisson et sa mère (photo d'illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE/MAXPPP

Les activités du centre de périnatalité d'Amboise sont maintenues, malgré la fermeture à l'automne de six lits, sur les douze actuels. La décision "n'est pas encore actée" assure la direction, qui n'a pas souhaité faire plus de commentaires. Pourquoi ces fermetures ? D'après le syndicat FO, majoritaire, ces lits d'hébergement de nuit ne sont guère utilisés par les jeunes mères. "Le séjour en maternité s'est beaucoup réduit ces dernières années" constate Laurence Le Stang, aide-soignante et secrétaire du syndicat FO au centre hospitalier. "A l'époque, on restait cinq à sept jours, aujourd'hui on ne reste que trois ou quatre jours. On peut comprendre qu'il n'y ait pas besoin d'autant de lits. Il faut suivre son temps. Et puis beaucoup de femmes souhaitent faire le suivi à domicile, c'est un bien-être pour la maman et son enfant. Je serais inquiète s'il y avait des suppressions de postes. Au moment où je vous parle, nous n'en avons pas entendu parler."

La quinzaine de sages-femmes et d'aide-soignants seraient appelés à faire évoluer leurs pratiques avec, par exemple, des consultations à domicile, ou encore l'ouverture d'un point d'accueil de jour, afin que les jeunes parents puissent venir prendre des conseils. C'est en tout cas la volonté du maire d'Amboise, Thierry Boutard. Une réunion est prévue à la mi-juin sur le sujet.

Les six autres lits du centre ne sont pas menacés. Ils sont utilisés pour le service HOPE, une unité qui offre des soins psychiques aux parents qui rencontrent des difficultés relationnelles précoces avec leur enfant. Un service qui "fonctionne bien" selon le syndicat FO.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess