Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Amboise : le village d'enfant à la rescousse des fratries abandonnées

-
Par , France Bleu Touraine

Adrien Taquet, secrétaire d'État en charge de la protection de l'enfance, est passé en Touraine et notamment au village d'enfant d'Amboise. Un établissement qui accueille 48 enfants dont une quinzaine de fratries.

À Amboise, le village d'enfant accueille 48 enfants, un chiffre stable depuis sa création en 1981.
À Amboise, le village d'enfant accueille 48 enfants, un chiffre stable depuis sa création en 1981. © Radio France - Yvan Plantey

Amboise, France

Alors que la loi anti-fessée vient d'être adoptée et publiée au Journal Officiel, le secrétaire d'État en charge de la protection de l'enfance, Adrien Taquet, était en Touraine pour alerter sur ces problématiques. Il a notamment visité le village enfant d'Amboise qui accueille les fratries victimes d'abandon ou de violences parentales.

Il faut leur rappeler [...] que nous ne sommes pas leurs parents " - Lindsey, éducatrice depuis quatre ans

Ils sont une cinquantaine d'enfants dont une quinzaine de fratries placées dans cet établissement. Des fratries qui ne sont donc pas séparées, tel est le cas de Ryan, presque 18 ans, qui revient à Amboise pour saluer le personnel du village alors qu'il vient d'obtenir son bac. " Je suis ici depuis que je suis tout petit et je suis arrivé avec mes deux sœurs. On a toujours été ensemble et c'est quelque chose qui me rassure et qui évite de voir ce lieu comme un lieu inconnu ", explique celui qui s'apprête à intégrer une classe préparatoire scientifique en Bretagne.

Assurer le rôle de parent sans l'être

Pourtant, comme à chaque fois qu'un ancien membre revient ici, le personnel du village d'enfant d'Amboise ressent ce pincement au cœur presque naturel. Lindsey, éducatrice depuis quatre ans, estime que  " c'est normal d'être touchée quand ils partent mais c'est notre job et le but ce n'est pas qu'ils restent ici. Cela fait partie de l'accompagnement de les voir partir et c'est bien pour eux ".

L'objectif étant, pour ces éducateurs, de se comporter comme des parents en " les suivant au quotidien quand on les aide à choisir leurs vêtements, quand on les accompagne dans leurs rendez-vous médicaux. Ce qui fait que l'on a cette proximité, avoue Lindsey, mais il faut leur rappeler - et ils le comprennent vite - que nous ne sommes pas leurs parents ".

Au total, dans ce village d'enfant d'Amboise, un éducateur s'occupe en moyenne de trois à quatre enfants chaque jour.