Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société DOSSIER : Les 500 ans de la Renaissance en Centre-Val de Loire

Amboise : les premiers visiteurs découvrent la tapisserie de la Cène au Clos-Lucé

Depuis jeudi, les visiteurs du Clos Lucé, à Amboise, peuvent admirer la tapisserie directement inspirée de la Cène de Léonard de Vinci. C'est la première fois que cette oeuvre exceptionnelle sort du Vatican depuis 500 ans.

Les premiers visiteurs ont pu découvrir la tapisserie de la Cène au Clos Lucé d'Amboise.
Les premiers visiteurs ont pu découvrir la tapisserie de la Cène au Clos Lucé d'Amboise. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Amboise, France

Avec ses cinq mètres par neuf, soit 45m2, la tapisserie trône fièrement dans la pièce, îlot central au milieu d'une quarantaine d'autres œuvres, prêtées par le Louvre, la bibliothèque nationale et des collectionneurs privés. La tapisserie de la Cène, inspirée de la fresque murale de Léonard de Vinci, est exposée au Clos Lucé, à Amboise, depuis jeudi. Elle n'avait pas quitté le Vatican depuis... 500 ans et été prêtée jusque septembre, dans le cadre des festivités des 500 ans de la mort de l'inventeur. 

"On cherche où se trouve Judas', s'amuse Maurice. "Là, cela doit être Jean..." Pour venir à la rescousse de ce touriste, son voisin, Christophe. "Regardez", dit-il en montrant du doigt les apôtres autour de Jesus Christ, "il y en a un seul qui n'a pas d'auréole." Christophe s'approche encore un peu de la tapisserie, remarque la qualité des détails, des verres de vin, de la nourriture sur la table. "Savoir que c'est quelque chose qui a été réalisé en s'inspirant de Léonard de Vinci, que c'est d'une taille pareille... Et puis, c'est d'une beauté pas possible, on croirait que cela vient d'être fait !"

Des touristes sous le choc

Cet effet de stupéfaction est partagé par de nombreux touristes. "C'est émouvant", explique Emmanuelle. "En tout cas, on se dit qu'à l'heure actuelle, on ne ferait pas ce genre de choses." "C'est fort de réussir à faire des choses comme celle ci à leur époque", reconnait lui aussi Jean-Marie, venu de France Comté avec sa femme. "C'est un travail formidable, splendide et admirable. Je suis stupéfait par la netteté des choses, les regards, les détails, quand on voit les pieds par exemple." 

On reste presque sans voix"

Ce visiteur note aussi la qualité de la restauration. "On reste presque sans voix". Ce samedi, ils sont des dizaines à s'être succédé devant la Cène. A s'être assis sur les bancs disposés devant l'oeuvre. D'avoir réfléchi aussi. "Je n'arrive à me rendre compte du travail que cela représente ? Combien de personnes ont travaillé à cela ? C'est de la soie, c'est extrêmement fin." Il y a ceux qui jouent au jeu des sept différences avec la fresque de De Vinci : ces armuries de la royauté française apposées en haut de la tapisserie, l'arrière plan de la Cène également, beaucoup plus verdoyant et positif sur la tapisserie. Ils seront encore des milliers d'ici le 8 septembre, lorsque la Cène fera le chemin retour, direction l'Italie.