Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

TÉMOIGNAGE - Ambre, havraise née sous X à Rouen lance un appel pour obtenir des informations sur ses origines

Ambre Millard, jeune havraise née sous X il y a 19 ans, cherche des informations sur ses parents biologiques. Elle a posté un message sur Twitter, samedi 2 mai, dans l'espoir d'obtenir des réponses.

Ambre est restée trois mois en pouponnière avant d'être adoptée [Photo d'illustration].
Ambre est restée trois mois en pouponnière avant d'être adoptée [Photo d'illustration]. © Radio France - Lagain Aurelie

"Je m’appelle Ambre Millard et j’ai 19 ans. Je suis née le 04 décembre 2000 à l’hôpital Charle Nicolle à Rouen. Je suis née sous X, sous le nom de Marie Emma Jeanne." C'est par ces quelques mots qu'Ambre débute son message sur Twitter. Un message qui l'a propulsée en quelques heures dans un tourbillon de retweets, de soutiens et de partages. 

La jeune femme a été adoptée trois mois après sa naissance et vit désormais avec ses parents au Havre. Ils l’ont appelée Ambre car il y avait déjà une Marie dans la famille. 

Cela fait plusieurs années qu'elle s'interroge sur ses origines mais, ce samedi 2 mai, en regardant un album de photos en famille, le besoin d'avoir des réponses est remonté à la surface

Peu d'informations sur ses parents biologiques

Ambre est très entourée par ses parents pour qui son adoption n'a "jamais été un sujet tabou". Alors dans son enfance, elle ne s'y intéresse pas. Mais en grandissant, les interrogations apparaissent : "physiquement, je peux paraître bronzée, brune, aux yeux marrons donc on me pose souvent la question de mes origines et je ne sais pas quoi répondre." Elle se lance alors dans des recherches.

"Au départ, mes parents étaient un peu tristes parce qu'ils avaient peur qu'il y ait un remplacement mais au final, ils savent que ce sont eux qui m'ont élevée et c'est le principal", confie-t-elle.

Le jour de ses 18 ans, elle consulte son dossier mais il n'y a que très peu d'informations sur ses parents biologiques. Notamment une courte description physique. 

"J'ai ensuite envoyé un dossier au Cnaop [Conseil National pour l’accès aux origines personnelles NDLR] qui aide à faire des recherches mais en un an, je n'ai pas eu de nouvelles."

Beaucoup de gens ont du mal à comprendre que je ne veuille pas forcément rencontrer mes parents biologiques mais simplement avoir des réponses sur par exemple mes origines ethniques, pourquoi j'ai été adoptée ou entrer en contact avec des frères, des sœurs ou des cousins.

La jeune havraise s'est dit que, peut-être, la ferveur qui prend parfois sur les réseaux sociaux pour certains témoignages pourrait l'aider. Et elle a eu raison.

"Ça a pris beaucoup d'ampleur. Il y a eu des débats avec des gens qui ne sont pas d'accord avec ma démarche et d'autres qui sont d'accord. Beaucoup ont du mal à comprendre que je ne veuille pas forcément rencontrer mes parents biologiques mais simplement avoir des réponses sur par exemple mes origines ethniques, pourquoi j'ai été adoptée ou entrer en contact avec des frères, des sœurs ou des cousins."

Plus de 20 000 retweets et quelques premiers conseils

Des personnes qui travaillaient dans l'hôpital au moment de sa naissance l'ont contactée et disent être prêts à l'aider. Ils sont cependant soumis au secret professionnel. D'autres internautes lui ont conseillé de faire un test ADN pour essayer de retrouver un membre de sa famille. "Je ne sais pas encore par où commencer mais j'ai eu beaucoup de solutions, indique-t-elle. Si les réponses ne viennent pas de mes parents biologiques mais d'un intermédiaire, ce sera déjà très bien."

"Plus d'un million de personnes ont vu mon message", réagit-elle, toute surprise. Même le chanteur rouennais Keen'V y est allé de son retweet.

"Je ne m'y attendais pas, c'est incroyable et ça fait chaud au cœur", sourit la jeune femme, 24 heures après la publication d'un message qui va peut-être changer une partie de sa vie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess