Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Ambulanciers : "Quand on rentre chez nous, on se demande si on ne va pas transmettre le coronavirus"

Par

Des ambulanciers regrettent un manque d'équipements pour faire face à l'épidémie de coronavirus. Tous ne disposent pas d'assez de masques de protection ou surblouses pour accompagner les patients à l'hôpital.

Des ambulanciers de la Sarthe regrettent un manque d'équipements pour prendre en charge les patients Des ambulanciers de la Sarthe regrettent un manque d'équipements pour prendre en charge les patients
Des ambulanciers de la Sarthe regrettent un manque d'équipements pour prendre en charge les patients © Maxppp - Nicolas Beaumont

Ils sont un maillon de la chaîne sanitaire, pourtant certains ambulanciers ont l'impression d'être les grands oubliés de cette épidémie. 

Publicité
Logo France Bleu

"On ne parle pas du tout de notre profession, et pourtant, tout comme les médecins et les infirmiers, on manque de masques et de surblouses. Quand on rentre chez nous, on se demande si on ne va pas transmettre ce virus à notre famille", s'alarme Jean-Pierre Denis, ambulancier dans le sud Sarthe. 

A l'arrière des ambulances, il y a de la promiscuité, on est forcément exposés

Car les ambulanciers sont eux aussi en première ligne, lorsqu'ils accompagnent des patients à l'hôpital. "Quand on transporte un malade à l'arrière de l'ambulance, dans ce qu'on appelle la cellule sanitaire, il y a de la promiscuité. On ne peut pas respecter le mètre de distance. On est forcément exposés", explique ce salarié. 

Pour trouver des masques, c'est la débrouille

Alors pour trouver des masques le plus souvent c’est le système D, les ambulanciers récupèrent des masques dans leur entourage. "Dans ma famille, on a réussi à retrouver des masques périmés qui datent de 2010", raconte Stéphanie Carreau, ambulancière au Lude. 

A la Flèche, le patron des ambulances du Loir se fournit auprès d'entreprises de chantier. "Il faut arrêter de vouloir s'équiper auprès des fournisseurs habituels. On trouve des masques aussi par exemple chez les carrossiers", affirme Paul Moiré. 

A ces difficultés matérielles s’ajoutent des difficultés économiques. Depuis le début du confinement, les ambulanciers ont vu leur activité chuter d'environ 70%. Toutes les opérations non urgentes et les consultations de suivi ont été déprogrammées dans les hôpitaux pour faire face à la crise sanitaire.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu