Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Améliorer "l'image des quartiers" : des propositions remises au gouvernement

mardi 24 avril 2018 à 19:40 Par Rémi Brancato, France Bleu Paris

Alors que le rapport de Jean-Louis Borloo sur la politique de la ville est très attendu, une commission, mise en place par le gouvernement, a planché sur "l'image des quartiers" populaires. Elle formule plusieurs propositions pour lutter contre la "diffamation territoriale".

Driss Ettazaoui, l'un des membres de cette commission "image des quartiers"
Driss Ettazaoui, l'un des membres de cette commission "image des quartiers" © Radio France - Rémi Brancato

Seine-Saint-Denis, France

Alors qu'on attend la présentation des propositions de l'ancien ministre Jean Louis Borloo, sur la politique de la ville, le ministre de la cohésion des territoires, Jacques Mézard, a lui aussi mis en place dix commissions pour réfléchir sur différents thèmes : l'emploi ou l'éducation notamment. L'une de ces commissions s'est penchée sur "l'image des quartiers". Le rapport de cette commission, remis à Jacques Mézard le 15 mars dernier a été rendu public ce mardi, dans les locaux du Médialab 93, association qui promeut la création de médias issus des quartiers, à Pantin.

Des habitants des quartiers qui se sentent stigmatisés

Il part d'un constat qui n'est pas nouveau : les habitants des quartiers populaires et des banlieues se sentent stigmatisés par les médias. Ainsi il rappelle que l'image des quartiers s'est dégradée pour les citoyens, comme le pointait une étude du Crédoc de 2014, et que les habitants de ces quartiers se sentent souvent malmenés par les journalistes. "Le traitement journalistique qui est retenu oscille entre sensationnalisme et exotisme, éclipsant par là-même la réalité quotidienne des habitants" écrivent ses auteurs.

"Les 1500 quartiers prioritaires de France ont le droit à la banalité" défend Driss Ettazaoui, élu à la ville d'Evreux et vice-président de l'association des maires Villes et Banlieue de France, qui a copiloté le travail de cette commission, composée d'élus, d'associatifs de journalistes et d'une membre du conseil supérieur de l'audiovisuel. La commission a notamment auditionné des responsables de grands médias audiovisuels, de presse écrite ou internet. 

Une quinzaine de propositions

Elle propose ainsi que les élus et les associations d'habitants puissent saisir le CSA en cas de "diffamation territoriale" pour "avoir un droit de réponse" en cas de reportage qui semblerait biaisé, défend Driss Ettazaoui. La commission propose aussi que les médias publics consacrent 5% de leurs temps d'antenne aux quartiers et à leurs habitants, une meilleure formation des journalistes aux questions relatives aux quartiers populaires, une formation "à destination des conseillers citoyens et des acteurs associatifs locaux" sur le fonctionnement des médias ou encore un renforcement du fonds de soutien des médias d'information sociale et de proximité.

"Quand nous aurons des responsables de rédaction et une masse critique de journalistes issus [des quartiers populaires, les choses changeront"

ECOUTER - La commission veut améliorer l'image des quartiers dans les médias

Mais pour Erwan Ruty, directeur du Médialab 93, ces propositions, positives, sont sans doute insuffisantes. Pour lui, la réponse réside dans le recrutement effectués par les rédactions. "Les responsables de rédaction sont des gens qui ne connaissent pas ces territoires, les banlieues pour ces gens-là ne sont pas des zones normales, du coup ils ne les voient que quand il s'y passe des choses extraordinaires" regrette celui qui travaille sur cette question depuis plus de 20 ans. "Quand nous aurons des responsables de rédaction et une masse critique de journalistes issus de ces territoires, les choses changeront" ajoute-t-il.