Société

Amiante : 58 anciens salariés d'Alstom, à Saint-Ouen, réclament justice

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris Région mardi 17 février 2015 à 11:40

L'exposition à l'amiante a déjà entraîné plusieurs procédures pour ce motif de "préjudice d'anxiété"
L'exposition à l'amiante a déjà entraîné plusieurs procédures pour ce motif de "préjudice d'anxiété" © MaxPPP

Ils sont encore 58. 58 anciens salariés de l'usine Alstom de Saint-Ouen à attaquer leur ex-employeur aux Prud'hommes, ce mardi. En cause : l'amiante. Ces salariés disent avoir été "délibérément exposés aux poussières d'amiante" sur leur lieu de travail et réclament aujourd'hui réparation. Six de leurs anciens collègues sont déjà morts.

Ils ont déjà perdu six de leurs collègues. Ils voient leurs anciens copains de travail tomber malades les uns après les autres , disent-ils. Ce mardi, cinquante-huit anciens salariés de l'usine Alstom de Saint-Ouen, défendront leur cause devant le tribunal des Prud'hommes. Ils demandent 15.000 mille euros en dédomagement pour "préjudice d'anxiété", eux qui vivent, expliquent-ils avec une épée de Damoclès au-dessus de leur tête, avec la peur de tomber malade comme leurs ex-collègues, malades "d'avoir été délibérément exposés aux poussières d'amiante" sur leur lieu de travail et ce, durant des années.

"Une colère terrible, jouer avec la santé de milliers de personnes. Il y avait des lois qui existaient déjà à l'époque" - Bernard Ballestri, ancien salarié à Saint-Ouen

D'anciens salariés de l'usine de Saint-Ouen qui se disent aujourd'hui inquiets et en colère. Leur usine a fermé depuis huit ans mais pour eux, qui travaillaient dans les ateliers de fabrication de transformateurs électriques, le cauchemar continue. Ecoutez ainsi le témoignage de Bernard Ballestri, il a travaillé dans les ateliers entre 1982 et 2006.

S Amiante Alstom

"Les salops, eux, ils le savaient " témoigne un ancien d'Alstom

Au nom du "préjudice d'anxiété", ces 58 anciens salariés réclament donc aujourd'hui 15.000 euros de dédomagement. Mais en attendant, leurs collègues, victimes de l'amiante, ne reviendront pas. Le dernier est décédé en janvier.

E Amiante Alstom

La décision devrait être mise en délibéré.