Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Ces Amiénois fouillent dans les poubelles des supermarchés pour lutter contre le gaspillage alimentaire

lundi 25 février 2019 à 3:00 Par Claudia Calmel, France Bleu Picardie

Depuis quelques mois, le collectif amiénois les « Robin.e.s des bennes » récupère de la nourriture dans les poubelles des supermarchés pour la redistribuer gratuitement. Une façon de dénoncer le gaspillage alimentaire.

Louise, Guillaume et Martial font partie des "Robin.e.s. des bennes"
Louise, Guillaume et Martial font partie des "Robin.e.s. des bennes" © Radio France - Claudia Calmel

Amiens, France

Ils s'appellent les « Robin.e.s des bennes ». Ce groupe Facebook a été créé il y a quelques mois pour lutter contre le gaspillage alimentaire à Amiens. Toutes les semaines, plusieurs de ses membres organisent des "récoltes" dans les containers de commerces. Des produits, selon eux, encore parfaitement consommables. Et qui ne sont pas nécessairement périmés.

"Des pommes, des poires, du taboulé, du rôti de porc bio..."

Louise est à l'initiative de ce collectif. Elle a découvert le déchétarisme ou dumpster diving (plongeon dans les poubelles en anglais) au cours d’un séjour au Québec. Le jour où France Bleu Picardie l’a rencontrée, elle a organisait chez elle une redistribution des denrées collectées dans les containers de magasin la veille avec d’autres membres du groupe. Après chaque collecte, Louise poste des photos des aliments récupérés sur Facebook et invite les membres à venir les récupérer gratuitement.

Ce lundi-là, la récolte à été plutôt fructueuse : beaucoup de fruits et légumes, des produits laitiers et quelques plats préparés. « Je n’ai jamais mangé aussi équilibré que depuis que je fais les poubelles ! » plaisante Louise. 

Une partie de la récolte de la veille  - Radio France
Une partie de la récolte de la veille © Radio France - Claudia Calmel

Quatre membres du groupe sont venus récupérer les aliments de la collecte, comme Guillaume. ll repart avec des carottes, des navets et des champignons, selon lui "parfaits pour un pot-au-feu". Une démarche logique pour le jeune homme : "Cela s'appelle _l'écolo-nomie_. Je trouve ça dommage de laisser partir dans un incinérateur quelque chose qui aurait pu être consommé par quelqu'un qui en a besoin."

Un mode opératoire bien précis 

Louise a réussi à constituer sans mal un panel de volontaires pour aller fouiller dans les containers : « ce qui est drôle, c’est que les gens sont hyper motivés pour aller dans les poubelles. Certains trouvent peut-être ça un peu exotique ! ». L’équipe se munit de gants, de lampes frontales et procède selon un mode opératoire bien précis : «On doit faire ça proprement. On ne met jamais rien en dehors des containers. Et on ne prélève jamais toute la nourriture : on en laisse pour les personnes qui pourraient passer après nous. »

« Un énorme gachis »

"Il nous est arrivé de faire des récoltes où on a trouvé _tellement de nourriture qu'il n'y avait plus de place dans ma voiture_.  Des poulets entiers, des pizzas, des boites entières de viennoiseries. On est aussi tombés sur du pain, du Coca-Cola et des petits pots pour bébés. Tout ça en quantité monstrueuse. Notre démarche est aussi politique : au-delà de cet énorme gâchis, ce que l'on veut pointer du doigt, c'est que les grandes surfaces ne respectent pas leurs obligations. Les magasins de plus de 400 m2 doivent signer des conventions avec les associations pour leur donner les aliments invendus encore consommables, mais toutes ne le font pas ou pas tout le temps. Pire, les poubelles sont parfois filmées par des caméras de vidéo-surveillance ou saccagées par les commerçants à coup d'eau de javel pour ne pas que des particuliers puissent récupérer les produits. C'est insensé."

Le collectif aimerait mettre en place un frigo solidaire dans les rues d'Amiens pour permettre à un maximum de monde de profiter des aliments récoltés dans les containers des supermarchés. Il souhaite aussi créer un label qu’il attribuerait aux commerçants amiénois qui s’engagent à lutter contre ce gaspillage.

Ecoutez le reportage de France Bleu Picardie sur les "Robin.e.s. des bennes"

Les "Robin.e.s. des bennes" récupèrent des aliments dans les poubelles des commerces