Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amiens : les contrats d'apprentissage pourraient faire les frais de la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Picardie

Le directeur du centre de formation professionnelle Interfor à Amiens redoute des jours difficiles après la crise du covid-19. Hassan Laaraj craint une baisse des contrats d'apprentissage dès la rentrée de septembre.

Le secteur de l'hôtellerie-restauration pourrait réduire ses contrats d'apprentissage à cause de la crise sanitaire
Le secteur de l'hôtellerie-restauration pourrait réduire ses contrats d'apprentissage à cause de la crise sanitaire © Radio France - Lou Marguerite

L'apprentissage pourrait être une victime collatérale de la crise sanitaire. C'est en tout cas ce que redoute Hassan Laraaj, le directeur du centre de formation professionnelle Interfor d'Amiens qui craint une baisse des contrats d'apprentissage dès la rentrée prochaine de septembre. Il espère un plan d'aide de l'Etat.

Les apprentis de l'hôtellerie-restauration accueillis en priorité

Le centre de formation professionnelle d'Amiens accueille de nouveau ses élèves physiquement depuis ce mardi. Des cours dispensés par petits groupes et donner en priorité aux jeunes en apprentissage dans l'hôtellerie et la restauration. Deux cents élèves soit un quart des effectifs d'Interfore. Après deux mois de chômage partiel, il fallait à tout prix "éviter de perdre ces jeunes" et leur "donner davantage de pratique" explique Hassan Laraaj inquiet de les voir décrocher.

Aucun contrat rompu pendant le confinement

La crise et les trois mois de fermeture administrative des établissements (cafés, restaurants ou hôtels) n'ont pas eu d'effets immédiats constate le directeur du centre de formation professionnelle. Mais c'est dès la rentrée, dès le mois de septembre qu'il pourrait y avoir "des dégâts". Hassan Laraaj anticipe déjà un "taux de rupture" des contrats. Ce sera incontournable pour certains professionnels qui ne se relèveront pas selon lui de la crise sanitaire.

Un plan d'urgence réclamé pour l'apprentissage

C'est l'apprentissage en général qui va pâtir de la crise économique et cela n’épargnera aucun secteur prédit Hassan Laaraj qui attend un plan d'urgence de l'Etat. Il faut pour lui combiner "des mesures concrètes pour les employeurs et pour les apprentis". Ces jeunes pourraient rester sans patron sur une courte durée, "le temps de la reprise" imagine le directeur d'Interfor à Amiens favorable aussi à une mesure défendue par l'U2P. L'union des entreprises de proximité réclame une mesure "zéro coût" pour l'employeur qui prendrait un apprenti.

Il en va de l'avenir de ces jeunes qui ont choisi la voie de l'apprentissage et qui, faute d'employeur, ne reprendront pas un parcours traditionnel s'inquiète déjà Hassan Laraaj dont l'interview est à réécouter ici

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu