Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Journée internationale des droits des femmes : journée spéciale au marché de l'île aux fruits à Amiens

jeudi 8 mars 2018 à 10:30 Par Claudia Calmel, France Bleu Picardie

L'éco-lieu situé dans les hortillonnages d'Amiens accueille des collectifs féministes et des associations pour le 8 mars.

Audrey Gondallier du collectif féministe amiénois "Les bavardes"
Audrey Gondallier du collectif féministe amiénois "Les bavardes" © Radio France - Fabien Le Cloirec

Les femmes gagnent en moyenne 400 euros de moins que les hommes dans les Hauts-de-France. C'est le chiffre qu'on retiendra de l'étude publiée par l'Insee pour la Journée Internationale  des Droits des Femmes. Les inégalités dans le monde du travail  sont toujours bien présentes, dans notre région comme ailleurs. Car malgré les multiples lois successives pour imposer l'égalité salariale aujourd'hui en France une femme gagne 19,3 % de moins qu'un homme. Dans les Hauts de France c'est 18 % de moins, soit 400 euros chaque mois. Explications de François Chevalier, directeur régional adjoint de l'Insee, l'institut de la statistique : "Ces écarts s'expliquent par le fait que nous avons de femmes sur-représentées dans des secteurs moins rémunérateurs comme le social ou la santé. A poste équivalent, l'écart salarial entre les hommes et les femmes baisse à 10%, mais cela reste un chiffre important. Ces écarts poste pour poste augmentent avec le niveau de qualification : ils peuvent aller au-delà de 20% chez les cadres."

Le gouvernement veut s'attaquer au problème en sanctionnant financièrement à partir de 2022 les entreprises de plus de 50 salariés où les écarts de salaires seront injustifiés.  

Un sujet qui sera évoqué ce mardi à partir de 17 heures au marché de l'île aux fruits, à Amiens.  L'éco-lieu situé dans les hortillonnages d'Amiens accueille des collectifs féministes et des associations pour la journée internationale du droit des femmes : le collectif "les Bavardes", le "collectif Sans Nom",  les associations "Aides", "Emma", "Femmes Solidaires et le CIDFF (Centre d'Information sur le Droit des Femmes et des Familles) y participeront. Au programme, en marge du marché de produits locaux : projections de mini-documentaires et de courts métrages, blindtest, stands d'informations et d'échanges et concerts d'artistes féminines de la région. Audrey Gondallier, l'une de ses membres du collectif "les Bavardes", était l'invitée de France Bleu Picardie ce matin.

Audrey Gandollier, du collectif "les Bavardes"