Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Amiens : un "squat solidaire" dans un bâtiment public pour "lutter contre la précarité"

lundi 11 février 2019 à 19:19 Par Clémence Gourdon Negrini, France Bleu Picardie

Un bâtiment public est "squatté" par deux collectifs amiénois depuis près d'une semaine dans le quartier Henriville. La bâtisse de près de 800m2 est vide depuis 2 ans. Un lieu symbolique pour les militants qui dénoncent notamment le manque de places d'hébergement pour les sans-abris à Amiens.

A Amiens, deux collectifs occupent un bâtiment public pour dénoncer le manque de places d'hébergement pour les sans abris notamment
A Amiens, deux collectifs occupent un bâtiment public pour dénoncer le manque de places d'hébergement pour les sans abris notamment © Radio France - Clémence Gourdon Negrini

Rue Debray, à Amiens, un bâtiment public est occupé par deux collectifs amiénois depuis près d'une semaine. La bâtisse, qui appartient à l'Etat, accueillait d'anciens bureaux, notamment de l'Afpa et de l'ANPE. Elle est vide depuis 2 ans et a été mise en vente en octobre 2018.

C'est un lieu symbolique pour les militants du Kass et de la Brèche, que ce bâtiment public de près de 800m2, quartier Henriville. Ils dénoncent notamment le manque de place d'hébergements pour les sans-abris. Selon eux, 7.000 logements seraient inoccupés à Amiens. La municipalité elle, compte 3.000 logements vacants. "Beaucoup trop quoi qu'il en soit" pour les membres des deux collectifs réunis rue Debray. 

Projets solidaires

S'ils se savent menacés d'expulsion, les militants n'en font pas moins des projets. Régulièrement, ils veulent mettre en place des ateliers, des cours de français, des activités ou des débats. "L'idée est aussi de mêler les bénéficiaires à ceux qui sont simplement 'de passage', qu'il y ait des échanges, de la solidarité", explique l'un d'entre eux. Les membres des collectifs lancent aussi un appel aux dons : "des habits, des meubles, de la nourriture, de la vaisselle, des couvertures".

Dans l'après-midi ce lundi 11 février, des agents de police sont venus constater l'occupation et relever l'identité de chaque personne présente. La préfecture de la Somme indique qu'elle va lancer une procédure de demande d'expulsion auprès du tribunal de grande instance d'Amiens. 

Les deux collectifs mènent régulièrement ce type d'actions à Amiens. En 2017, la Brèche occupait "la maison Cozette", avec les mêmes revendications qu'aujourd'hui, avant d'être expulsés. Au printemps dernier le Kass avait notamment planté des tentes sur la place René Goblet.