Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Amma, la guide spirituelle indienne, rassemble 15000 personnes à Châlons-en-Champagne

dimanche 28 octobre 2018 à 9:58 Par Aurélie Pasquier, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Elle distribue des "darshan", des étreintes, à ceux qui le demandent. Sa venue est un rendez-vous annuel incontournable pour beaucoup de Français qui la suivent. Amma, guide spirituelle indienne, a passé trois jours à Châlons-en-Champagne, vendredi, samedi et dimanche, du 26 au 28 octobre.

Amma offre son darshan, en France en 2016.
Amma offre son darshan, en France en 2016. © AFP - AFP - Christophe Archambault

Châlons-en-Champagne, France

Cyril, 49 ans, vient d'Avignon. Jessica et Loïc, ont fait la route depuis Cahors avec leurs deux enfants. Mélanie et Emilie, de Normandie. Fabien et Sarah, de la capitale... Ils sont tous venus à Châlons-en-Champagne pour rencontrer Amma. Amma, de son vrai nom Mata Amritanandamayi, est une guide spirituelle indienne. Elle offre des darshan : des étreintes, totalement gratuitement. A Châlons, elle est installée sur une scène au milieu de la grande salle du Capitole. Le câlin ne dure que quelques secondes. Elle se penche et serre contre elle têtes et épaules. 

"C'est comme si je n'étais plus tout à fait moi" 

Pour goûter à ce précieux "darshan", mot sanskrit traduit comme "étreinte", les visiteurs sont prêts à attendre plusieurs heures, parfois neuf heures d'attente. Loïc et Jessica ont pris un ticket. "Normalement, on passera d'ici la fin de la journée, confient-ils à la mi-journée samedi 27 octobre. Mais sinon, on reviendra demain." C'est bien ce darshan qui déplace les foules. 

Amma a changé la vie de Cathy, il y a trente ans. C'est l'une des plus anciennes bénévoles.

Emilie a 27 ans, c'est son amie Mélanie qui l'a convaincue de venir. Elle a reçu son premier darshan samedi 27 octobre. "Je n'ai pas les mots, c'est comme si je n'étais pas tout à fait moi et en même temps je suis toujours moi. Quand je vois tous ces gens sur la scène, je repense à mon passage et..." Sa voix se perd, elle est submergée par l'émotion.  "C'est des bonnes larmes !", sourit Mélanie qui savait à quoi s'attendre. "C'est quelqu'un qui a dédié sa vie à l'amour. C'est une journée de bienveillance pour nous. Il faut le faire partager aux gens qu'on aime... et même aux gens qu'on n'aime pas !

Une décoration sur le sol du Capitole. "Bienvenue Amma"  - Radio France
Une décoration sur le sol du Capitole. "Bienvenue Amma" © Radio France - Aurélie Pasquier

Cyril a rencontré Amma il y a six  ans. Depuis, elle est devenue son maître de yoga. "Elle enseigne à ceux qui cherchent. Elle m'apporte plus de paix intérieure." Cyril vit à Avignon. Quand Amma ne vient pas en France, il  se "connecte" à elle par la méditation. "C'est une présence intérieure, une lumière de bienveillance. Un peu comme internet... on se connecte et tac ! On peut se relier n'importe où au maître." 

J'ai testé le darshan pour vous 

Maître de yoga pour certains, incarnation du divin pour d'autres. Par son darshan, ces câlins, Amma semble changer la vie des gens. Alors notre reporter s'est prêtée à l'exercice. 

"Au pied de la scène, il faut enlever ses chaussures. Puis on monte les quelques marches sur le côté. Des récitations indiennes rythment le ballet des étreintes. Et quand elles cessent, on n'entend plus qu'un grand silence dans le Capitole. Je m'assois sur une chaise en attendant mon tour. Autour de moi, des gens qui ont déjà reçu le darshan se remettent de leurs émotions : certains pleurent, d'autres méditent, d'autres sont juste assis là. Quand c'est à moi, des volontaires m'expliquent la marche à suivre : arriver à genoux, ne pas toucher le corps d'Amma. (La répétition de pressions même légères peut causer des bleus sur son corps.) 'Tenez vous droite, détendez-vous !' C'est à moi, Amma me serre contre elle et me répète des mots que je n'ai pas compris dans l'oreille. Elle me sourit. Et voilà c'est fini. Cela a dû durer une trentaine de secondes. Je m'assois sur les chaises autour en essayant de comprendre ce que je fais là. Avant de passer, j'ai eu envie de pleurer sur cette scène. Après, je suis juste un peu confuse. Quelques minutes plus tard, j'ai continué à travailler. Une expérience... intéressante. " 

Sur la scène, on reçoit le darshan. Autour d'Amma, les gens méditent.  - Radio France
Sur la scène, on reçoit le darshan. Autour d'Amma, les gens méditent. © Radio France - Aurélie Pasquier

A Châlons, Amma a serré dans ces bras entre 5 000 et 10 000 personnes chaque jour. Dans le monde, elle a déjà pris 38 millions de personnes dans ses bras. 

Ecoutez le reportage de la rédaction : Amma et le darshan