Société

Animaux "doués de sensibilité" : une bonne chose pour éleveurs et vétérinaires périgordins

Par Nicolas Blanzat, France Bleu Périgord jeudi 17 avril 2014 à 15:18

Des oies cendrées (illustration).
Des oies cendrées (illustration). © Fotolia.com - Marie Capitain

Les animaux sont désormais des "être vivants doués de sensibilité" pour le code civil, et non plus "des biens meubles". Le code rural et le code pénal leur reconnaissaient déjà cette qualité, et de toute façon en Périgord, les avis semblent tous aller dans le sens de cette évolution.

"Bien sûr que c'est une bonne chose" , s'exclame Liliane Chartroule, à propos de la reconnaissance aux animaux d'être "doués de sensibilité". L'éleveuse d'oies à Milhac-d'Auberoche, "en tant qu'élevage traditionnel on respecte les animaux, même si on sait qu'à la fin on va les manger" .

Éleveurs d'oies ou de canards, ils sont souvent montrés du doigt, mais Liliane Chartroule s'en défend : "Il faut se rappeler que les oies sont des oiseaux, elles n'ont pas de glotte cartilagineuse […], c'est pour ça qu'on peut enfiler le tuyaux."

Liliane Chartroule, éleveuse d'oies : "On respecte les animaux, même si on sait qu'à la fin on va les manger."

"Cela ne fait qu'énoncer une évidence"

Ce qui change, explique le Dr. Patrick Millet, "c'est que ce n'était absolument pas dans le code civil" . Le vétérinaire qui exerce à Périgueux se félicite du changement même si "cela ne fait qu'énoncer une évidence" . "Il y avait une discordance aberrante dans le droit français entre le code rural et le code civil" , ajoute-t-il, "dans le code rural, l'animal est mieux protégé" .

Le vétérinaire s'interroge néanmoins sur l'(im)précision du mot "animal" : "Imaginez que l'animal sauvage, qui est un être doué de sensibilité et à protéger est un gibier ? Les chasseurs ne vont pas être très satisfaits..."

Dr Patrick Millet, vétérinaire à Périgueux, s'interroge sur l'imprécision du terme "animal".

►►► À LIRE AUSSI : Les animaux reconnus comme "doués de sensibilité"