Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Anne Hidalgo annonce porter plainte pour diffamation contre Capital, qui l'accuse d'avoir eu un emploi fictif

mercredi 25 octobre 2017 à 18:16 Par Jocelyne Jean, France Bleu Paris et France Bleu

L'article publié ce mercredi après-midi sur le site Capital.fr intitulé titré « Exclusif : les preuves qu’Anne Hidalgo avait un emploi fictif » porte sur la période 2001-2003. La maire de Paris a très vite réagi dans un communiqué ou elle déclare qu'elle va déposer plainte pour diffamation.

Anne Hidalgo
Anne Hidalgo © Maxppp -

Paris, France

« Exclusif : Les preuves qu’Anne Hidalgo avait un emploi fictif », c'est le titre de l'article publié mercredi par le site internet capital.fr. Un article à charge contre la maire de Paris qui l'accuse d'avoir continué de toucher un salaire pendant des mois par son administration d’origine, le ministère du Travail alors qu'elle était conseillère au cabinet de la ministre Marylise Lebranchu, puis première adjointe de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris. Une période entre 2001 et 2003.

Dans un communiqué, Anne Hidalgo "conteste avec la plus grande fermeté l’accusation d’emploi fictif qui est portée contre elle dans ce nouvel article. Face à cette atteinte grave à son honneur et à sa probité, elle annonce sa décision de déposer plainte pour diffamation."

Le communiqué s'en prend d'abord à Philippe Eliakim, auteur de l'article : "un journaliste déjà condamné pour diffamation à l'encontre de Bertrand Delanoë, en avril 2013, après avoir accusé le maire de la capitale d'être « pire que Chirac » en matière « d'emplois fictifs ".