Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Anne Hidalgo dans le Vercors pour défendre les maquisards

Les cinq maires de Paris, Grenoble, Nantes, l'île-de-Sein (Bretagne) étaient réunis à Vassieux-en-Vercors ce mercredi pour prêter serment de transmettre l'histoire de la libération.

Les maires de Grenoble, Paris, Nantes, l'Ile-de-Sein et Vassieux-en-Vercors.
Les maires de Grenoble, Paris, Nantes, l'Ile-de-Sein et Vassieux-en-Vercors. © Radio France - Jade Peychieras

Vassieux-en-Vercors, France

C'est un serment qu'elles avaient prêté en 1981, à l'époque où Jacques Chirac était maire de Paris. Serment renouvelé ce mercredi, à Vassieux-en-Vercors (Drôme), celui des Villes compagnons de la Libération, au nombre de cinq : Paris, Nantes, Grenoble, l'île-de-Sein et justement Vassieux-en-Vercors. Cinq élus réunis pour la première fois à la nécropole du village, devant les croix blanches de ceux qui ont donné leur vie pour la France. 

"Ce serment dit notre fidélité à notre histoire, et au fait de la partager, de la transmettre", explique Johanna Rolland, maire de Nantes. Des valeurs qu'il faut transmettre maintenant, plus que jamais. "Il ne reste plus que quatre compagnons de la libération vivants", rappelle Anne Hidalgo, la maire de Paris. D'où le rôle des communes dans les compagnons de la libération, d'où ce serment de transmission. 

C'est pour transmettre cette histoire que Monique est venue à la cérémonie. Ce 21 juillet 1944 quand, en lieu et place des avions alliés, les maquisards et les habitants  de Vassieux-en-Vercors sont massacrés par les troupes allemandes, elle a six mois. "Ce que je sais ce sont mes parents qui me l'ont raconté, dit-elle. Ils sont partis de Vassieux, ils ont passé la nuit dans les bois. Je pleurais car j'étais malade et une dame a dit à ma mère de m'abandonner là car j'allais les faire découvrir par les Allemands. Ma mère a perdu ses parents, ses grands-parents... J'ai toujours vécu avec ce souvenir. C'est pour cette raison que le 21 juillet est sacré pour nous". 

"Il faut que nos jeunes se le mettent dans le crane, ajoute son mari, lui aussi né à Vassieux. Ceux qui ont donné leur vie, ils l'ont fait pour eux".