Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Annecy : 80 personnes expulsées du squat de l’ancienne école des Fins

jeudi 21 juillet 2016 à 12:39 Par Richard Vivion, France Bleu Pays de Savoie

La police est intervenue ce matin pour expulser les familles qui occupaient illégalement depuis plusieurs semaines l’ancienne école des Fins. Certaines ont été relogées, d’autres dormiront dehors ou seront expulsées.

Les familles qui occupaient irrégulièrement l'école des FIns ont été expulsées ce jeudi matin.
Les familles qui occupaient irrégulièrement l'école des FIns ont été expulsées ce jeudi matin. © Radio France - Richard Vivion

L’hiver dernier, l’ancienne école des Fins était l’un des centres d’accueil d’urgence mis en place dans le cadre du plan hivernal. De nombreuses familles, originaires pour la plus part du Kosovo, avaient trouvées refuge dans ce bâtiment. Fin avril, la préfecture en accord avec la mairie d’Annecy avait prolongé le dispositif d’accueil de trois semaines. "Aujourd’hui, cet endroit est squatté", a indiqué ce matin le préfet de la Haute-Savoie. "La mairie d’Annecy a déposé une demande d’expulsion qui a été validée par la justice, a ajouté Georges-François Leclerc. Nous ne faisons qu’exécuter une décision de justice, sous le contrôle d’un juge."

La police a procédé ce matin à l'expulsion du squat de l'école des Fins à Annecy.  - Radio France
La police a procédé ce matin à l'expulsion du squat de l'école des Fins à Annecy. © Radio France - Richard Vivion

"On s’attendait à cette expulsion et pourtant nous avions déposé un recours devant le tribunal (1)", reconnaît Cyrille. Membre de la Ligue des Droits de l’Homme sur Annecy, il est cependant sous le choc. "Pour beaucoup de ces familles maintenant c’est la rue. Voilà ce qu’offre la France, le pays des droits de l’Homme." En préfecture on indique que tout a été fait dans les règles. "Avec un diagnostic social, au cas par cas, pour évaluer la situation de chaque famille", précise Georges-François Leclerc.

Que vont devenir ces familles ?

  • Cinq familles avec enfants seront hébergées dans les différents CADA (centre d’accueil des demandeurs d’asiles) de Haute-Savoie.
  • Deux familles dont les femmes sont enceintes seront hébergées dans des hôtels des agglomérations d’Annecy et d’Annemasse.
  • Trois familles en situation irrégulière ont été, pour l’une, reconduite à la frontière dès ce matin. Une autre a été placée dans un centre de rétention administrative. La troisième a été assignée à résidence dans un hôtel de Cran-Gevrier.

Le squat de l’école des Fins a pris la suite dans des conditions illégales d’un hébergement hivernal." (Georges-François Leclerc, préfet de la Haute-Savoie)

Interview de Richard Vivion

"J'ai apppliqué une décison de justice." (Georges-François Leclerc, préfet de la Haute-Savoie)  - Radio France
"J'ai apppliqué une décison de justice." (Georges-François Leclerc, préfet de la Haute-Savoie) © Radio France - Richard Vivion

"Pour les autres, c'est la rue"

Reste le cas plus compliqué des autres. Celle en situation régulière mais qui ne peuvent donc plus dormir et se mettre à l’abri à l’école des Fins. "On les sort d’un endroit pour les mettre à la rue et parmi ces personnes il y a des enfants", se désole Tiphaine Barone, l’avocate des demandeurs d’asile.

Elles sont à la rue, ce sont des personnes qui n’ont plus de logement ? Je suis très inquiète." (Thiphaine Barone, avocate des demandeurs d’asile)

Interview de Richard Vivion

L'avocate des demandeurs d'asiles fait le point avec les familles pour tenter de trouver des solutions.  - Radio France
L'avocate des demandeurs d'asiles fait le point avec les familles pour tenter de trouver des solutions. © Radio France - Richard Vivion

(1) Les associations de défenses des demandeurs d’asile ont effectivement contesté la décision d’expulsion. Une audience devant le tribunal d’instance d’Annecy été prévue le 24 août prochain. Mais ce recours n’étant pas suspensif, l’expulsion a pu être ordonnée.